Et si au lieu d’être A ou d’être B, on était A ET B ?!

Looks, Voyages

« Les hommes se distinguent par ce qu’ils montrent et se ressemblent par ce qu’ils cachent ». (Paul Valéry)

Kiesza – Hideaway

Et si au lieu de mettre des baskets roses ou des baskets vertes, on mettait des baskets roses et vertes ? Et si au lieu d’être sportive ou élégante, on était sportive et élégante ? Et si au lieu de choisir entre les pois ou les rayures, on mettait des pois et des rayures ?

Depuis que je ne suis plus parisienne mais parisienne émigrée à Aix en Provence, le train se résume pour moi aux termes suivants : TGV / 3 heures / Gare de Lyon / SNCF. Pour le reste, les trains c’étaient le train de la mine, le train de Dumbo, le train de Space Mountain … la liste des trains empruntés est longue dans mes multiples heures de parcs d’attraction. Aujourd’hui, j’ajoute un nouveau train : le Amtrak, 3 heures aussi, entre New York et Washington. Et lorsque l’on aperçoit le contrôleur, on se croirait revenus quelques siècles en arrière. Aaah, l’Amérique.

J’ai moins fait l’idiote que l’année dernière, à Washington. Souvenez vous. Je me prenais pour Barbie, je visitais des musées. Je découvrais une ville propre, politique, touristique, calme. Comme tout droit sortie d’un film sans véritable action. Très Bisounours en fait. Mais avec une vraie histoire. Aux USA, tout a une autre saveur de toute façon. En arrivant tard, un dimanche soir, la promenade fut de courte durée au grand dam de mes baskets bi-goûts. Quelques pas dans le jardin du Capitole. Quelques photos souvenirs devant le Capitole. Quelques kilomètres parcourus à vélo. Elles en ont quand même profité, mes baskets bi-goûts. Je pourrais en parler des heures de ces baskets, régressives à souhait, à l’aspect si vintage et pourtant si neuves. Mais je vous ai déjà rabattu les oreilles avec ça, je ne recommencerai pas ! Ou un peu. Parce que j’ai une nouvelle interprétation ! La basket bi-goûts, c’est pour montrer qu’en matière de mode, tout est permis. Plusieurs couleurs, plusieurs motifs, plusieurs styles. D’où la chaussette à pois ET à rayures. En mode comme en sexualité, si être bi, c’est mélanger, être bi c’est aussi se montrer et s’amuser. Pourquoi choisir puisque l’on peut aisément tout mélanger ?

Je préfère vous faire visiter Washington à travers des photos. Ou plutôt vous parler de mon chapeau. Si porter une jupe tailleur avec des baskets est censé être interdit, porter une capeline avec des baskets roses, est sûrement interdit. En fait, si l’on détaille la tenue (descendez étape par étape), on dirait qu’on va à un mariage, non se promener sur la plage, non au travail, non … on va faire du sport ?! Ouais, on n’y comprend plus rien en fait. Ben c’est ça qui m’a plu, tout simplement ! En fait, en vacances, on fait avec ce qu’on a dans sa valise. Fini l’époque du casse tête, du « j’ai rien à me mettre », on mixe le tout, on mixe tout. On va se promener, en se protégeant du soleil, en intriguant tous les passants, en se sentant élégant sans avoir mal en marchant. B.I.N.G.O !

Et toi, t’es plutôt facebook OU twitter ? Les deux ?!?!?!

Jupe : Vintage / Baskets : Reebok / Capeline : Camrose & Kross, JBK Collection / Chemisier : H&M / Chaussettes : Century 21 (NYC)

Publicités

15 réflexions sur “Et si au lieu d’être A ou d’être B, on était A ET B ?!

  1. Des quelques articles que j’ai pu lire de toi, j’ai beaucoup aimé ton style et le ton de ton blog et suis conquise ! Sur ce look j’ai adoré ta jupe !! Je suis même déçue qu’elle soit vintage pour ne pas pouvoir acheter la même !! Les baskets bi-colores et les détails de ton look, je valide à 100%, tu as raison, quand ça fonctionne, pourquoi choisir entre deux choses qu’on aime ?!
    Bises, Eli

  2. Un joli coup de plûme!Une fois de plus c’est un plaisir de te lire!!!! Et oui, en mode, libre à nous de faire ce qu’on veut et tu le prouve parfaitement!!!! Moi, j’aime bien ce côté décalé qui te vas si bien!!! Bisous

  3. Je crois que je viens de mourir juste un peu. Tes baskets, OMG ma mère en short, tes baskets!!! J’ai fait un nano infarctus, je te jure, j’ai vu des Malabars partout. Quoiqu’il en soit et avant de retourner baver devant tes photos, ravie de te découvrir, fuck les normes et vive les pois ET les rayures ET les carreaux si on veut.

    1. Bon, c’est encore moi, il fallait que je te le dise: je viens de recevoir mes baskets bigoût, et je fais la danse de la joie tout autour depuis le déballage. Je me la joue pleine de retenue, là, mais en fait je suis littéralement hystérique tellement je les aime, donc un peu embarrassée de t’avoir piqué ta trouvaille mais teeeellement amoureuse de mes nouvelles baskets… Merci de m’avoir orienté vers le nouvel amour de ma vie, dernière paire dans ma taille à moitié prix sur Amazon. Si je pouvais, je te dresserais un autel.

      1. Ahahaha. Tu me vends du rêve ! Ou plutôt tu m’en donnes parce que, moi, je n’ai rien dépensé sur ce coup là !

        Déjà, quand on veut, on peut hein. Donc si tu as envie de me dresser un autel, je dois avouer que je ne suis pas contre. Libre à toi … !

        Tu ne m’as rien piqué du tout. Le monde de la blogosphère et de la mode est un vaste monde dans lequel les trouvailles des uns deviennent les merveilles des autres et … en fait non, jsuis grave jalouse, j’aurais dû acheter toutes les paires pour être sûre de ne pas les voir aux pieds de quelqu’un d’autre. Alors, 1. tu ne les mets pas trop souvent ! 2. Interdiction de les montrer, prêter, donner à une copine qui voudrait, aussi, avoir sa paire. Au plus on évite l’effet boule de neige, au mieux on se porte.

        Et dernière chose, MOITIE PRIX ?! Et oh, là, clairement, y’a abus ! Parce que moi, j’y ai mis le prix entier. J’aurais mieux fait de m’acheter une caisse de Malabar finalement.

        En vrai de vrai, ENJOY your nouvelles baskets de la mort qui tue. Evite les couleurs, of course. Et mets des lunettes de soleil, elles piquent les yeux. Putain, je suis trop une influenceuse de la mort qui tue 😉 Vous entendez ça, papa / maman. Votre fille fait vendre des baskets. Je vais ouvrir une agence matrimoniale pour toutes les femmes à la recherche de l’amour de leur vie. Aaaah, les pieds et les chaussures, quelle histoire!

Vide ton sac

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s