Marie Carla, l’eau, elle aime ça !

Looks

« La pluie tombe comme nous tombons amoureux : en déjouant les prévisions » [Martin Page]

La parisienne – Marie Paule Belle

DSC_0001

Quand j’étais petite je voulais sauter dans les flaques d’eau, sans avoir peur de me mouiller, mes bottes en caoutchouc aux pieds. Quand j’étais adolescente, je me souviendrais toujours des rires moqueurs tout autour de moi lorsque j’ai parlé de mes bottes en caoutchouC prononcant bien fort ce « C » censé être muet. Alors j’ai arrêté de porter des bottes, je me suis dit que ça faisait pêcheur, que moi j’étais plus classe que ça, que fallait pas non plus sauter dans toutes les flaques d’eau que l’on croise, on peut très bien les éviter après tout. Ben, l’erreur, j’en ai abîmé beaucoup des paires de chaussures sous les trombes d’eau parisienne.

En grandissant, en devenant « adulte » {dans mon corps, pas dans ma tête !}, j’ai écris un article sur les bottes en caoutchouc (n’oubliez pas que le dernier « C » est muet !) et je me suis dit que mes bottes d’équitation serait mon nouvel atout mode majeur. Avec les pompons des guêtres c’est encore plus amusant. Le parapluie rose pour continuer à sourire au ciel même si lui décide de pleurer. Mimi Cracra, l’eau elle aime ça. Marie Carla aussi, avec ses nouvelles bottes de pluie !

Viens contrer la pluie sur … Twitter

DSC_0046DSC_0032DSC_0039DSC_0019DSC_0025DSC_0006DSC_0043DSC_0028Porter des bottes

Collier : Exopotamie / Robe : BeBop (USA) / Veste et sac à main : Vintage / Bottes : Décathlon / Guêtres : Asos / Parapluie : Tommy Hilfiger

T’es habillée comme une chute d’eau.

Looks, Voyages

« On n’amoindrit pas la majesté des chutes du Niagara en crachant dedans. » [Anthony de Mello]

DSC_0145

C’est en total look vintage que j’ai franchi la frontière du Canada ! J’ai clairement fait ma touriste, hyper impressionnée par … de l’eau ! Sans le vouloir j’étais dans les tons – du blanc, du bleu, l’oeil humide et la frange aplatie. Mais c’est parce que de l’eau, on s’en est pris en pleine tête hein ! Les chutes du Niagara je voyais ça comme une immense cascade, perdue en pleine nature, où seuls les cars de touristes affluaient. Non, Niagara Falls c’est un complexe hôtelier, des casinos à profusion, des buildings et des trombes d’eau qui tombent sur des touristes ravis par la ballade (en effet, on y gagne un joli imperméable bleu !). A Niagara Falls les activités sont nombreuses, un peu comme dans un parc d’attractions, sauf que là, l’eau n’est pas recyclée et ne coule pas d’une vulgaire grotte en plastique, elle tombe par milliards de gouttes à la seconde, dans un vacarme infernal. Et le spectacle est à couper le souffle. Si les rapides, plus haut, laissent déjà présager ce qui va suivre, les cascades sont hyper hautes, et ne laissent aucune chance aux énormes troncs d’arbres qui s’effondrent dans le lit bruyant. Imaginez pour une pauvre petite brindille ! Juste en bas des cascades, le silence est d’argent car l’or, ici, est bleu. Bleue turquoise, les milliards de goutelettes forment une immense plaine d’eau où pas un souffle n’est perceptible. Le contraste est étonnant entre le haut et le bas. Et le complexe touristique installé tout autour, s’il est réellement dérangeant à première vue, est particulièrement bien fait – nous approchons les cascades de très près. Éblouissant. Quant au bateau, je vous conseille d’y jouer les marins d’eau douce, non seulement on y gagne un superbe imperméable bleu – pas un brin protecteur – mais aussi une vue impressionnante au bas des chutes. Le bruit, la vue, le toucher, l’ouïe et l’odorat sont mis en éveil, en fait ce n’est pas un marin d’eau douce qu’il faut être, c’est le capitaine Haddock ! Mille milliards de mille sabords, les pois bleus c’est pour l’eau, le blanc c’est pour l’écume, le ciel et la fumée (l’eau tombe si fort qu’elle remonte en une vaste fumée blanche), l’oeil humide c’est pour l’émotion et la frange aplatie c’est pour l’humidité et l’absence d’efficacité du fameux imper bleu. Je suis un peu la personnification des Niagara Falls en fait ! Et j’ai hâte qu’il pleuve sur la France, personne n’aura le même imper que moi ! Magique.

Si vous allez jouer les déesses des chutes du Niagara en total look bleu et blanc, n’oubliez pas de traverser le pont et de montrer vos jolis sourires (et votre passeport aussi !) aux Canadiens (ou aux Américains si vous êtes en face !). Féérique. Il est possible de passer facilement la frontière et de dîner au pied des chutes qui s’éclairent à la tombée de la nuit. Qui dit Canada dit élan, j’étais obligé de faire la traditionnelle photo. Epique.

Mon short est en réalité une culotte de grand-mère (une vraie !), bien loin des strings de notre époque, brodée à la main et que vous trouverez dans toutes les friperies dignes de ce nom (ou, dans la maison de campagne de vos mamies).

Selah Sue – Crazy Vibes

Viens partager tes posts sur … Hellocoton !

DSC_0456DSC_0189DSC_0181DSC_0220DSC_0446DSC_0470DSC_0288DSC_0501DSC_0464DSC_0249DSC_0139DSC_0111DSC_0329DSC_0474DSC_0427DSC_0515DSC_0269DSC_0278DSC_0469DSC_0491DSC_0350DSC_0253DSC_0134DSC_0163DSC_0170DSC_0369DSC_0482DSC_0213DSC_0147DSC_0264DSC_0452