Il parait que les sorcières sont « rock », moi je suis sceptique …

Looks

« – Miroir magique au mur, qui a beauté parfaite et pure ? – Célèbre est ta beauté Majesté. Pourtant, une jeune fille en loques dont les haillons ne peuvent dissimuler la grâce, est hélas encore plus belle que toi. – Décris-la moi. Apprends-moi son nom. – Lèvres rouges comme la rose. Cheveux noirs comme l’ébène. Teint blanc comme la neige. » [Blanche Neige et les sept nains]

Exotica – Femme de chair

DSC_0166

Certains disent qu’elles font « rock », moi j’ai envie de les sortir pour Halloween, je trouve qu’elles font un peu « sorcière ». C’est donc {en toute logique} que je les ai adoptées, ma passion du nez crochu et du chapeau pointu était, jusqu’ici, inavouée {même pour moi-même}. Ne dit-on pas que l’on apprécie ce que l’on craint, peut-être que, parcequ’elles me font peur justement, je les kiffes, mes nouvelles bottines. Elles ont surtout un charisme dingue. Dénichées au beau milieu d’un vide-grenier, j’ai eu peur, après les avoir essayées, qu’on me jette un mauvais sort si je les abandonnais. Et puis je n’étais plus à une paire près hein … j’en ai acheté DIX autres ! Voici donc, Mesdames et Messieurs, ma première paire de bottines plates, qui vient s’ajouter à une collection de 162 paires de chaussures. Il m’en fallait donc, au moins une, paire de bottines plates. Restons logiques !

La jupe. Le tutu. Genre déguisement de princesse. Ça paraissait normal d’associer les deux. C’est un peu l’histoire de Blanche Neige face à la sorcière que l’on retrouve dans cette tenue. Tant que la mode continuera à nous raconter des histoires, je pense que je serais au premier rang. Surtout qu’une histoire de sorcière peut devenir une histoire de princesse – ma jupe vient de chez Jennyfer – et je sais qu’il ne faut pas tomber dans les clichés, mais je dois avouer que ce n’est pas ma tasse de thé. J’étais déjà étonnée d’y avoir dégoté cette petite merveille de robe, voici ma jupe tutu et moi, je suis saugrenue ? sur le cul ? en tutu !

Pour finir, ma veste, ma veste, ma veeeeste. Encore une fois, issue d’une friperie. Encore une fois, d’une friperie américaine. Le col en broderie en velours. Les poches en broderie en velours. Le genre de petits détails qui tuent. CQFD, ma veste, elle tue !

A vous de décrypter les photos, de lire l’histoire – la princesse rencontre la sorcière mais, qui tue qui en tutu ?! A vous d’inventer la suite … !

Viens me raconter la suite sur … facebook !

VOTE POUR MOIIIIII – s’il te plait / please / 하시기 바랍니다 / gefallen / jekk joghgbok / من فضلك 

gba

DSC_0153DSC_0118DSC_0115DSC_0180DSC_0137DSC_0147DSC_0192DSC_0109DSC_0160DSC_0177DSC_0117DSC_0133

Tutu : Jennyfer / Bottines et veste : Vintage

Pois, pois, mon pois !

Looks

« Ô lecteur vintage, ô bouquiniste de papier, ô survivant des greniers perdus, ô courageux toxicomane accro à la drogue la plus menacée du monde, ô valeureux protecteur de grimoires humides, ô merveilleux autiste littéraire, ô toi, toi qui sauves l’intelligence de l’oubli, ne guéris jamais, et continue de chérir ces tigres de papier friable pendant qu’il en est encore temps. Certains de ces titres sont d’ores et déjà introuvables dans les librairies ; d’autres sont sur le point de disparaître ; et dans quelques années, ce seront les librairies qui auront disparu, avec tous les Montag d’aujourd’hui. Dépêchons-nous de les collectionner en cachette. Sauvons les « happy few » qui peuvent encore l’être. Ralentissons le progrès de la bêtise, s’il vous plaît ». [F. Beigbeder]

DSC_0081

Je vous le disais, la petite robe parfaite est à pois et elle est verte. Que nenni, elle est à pois et elle est bleue ! En fait, toutes les petites robes sont parfaites et tout ce qui est à pois est sublime ! Ok, facile le constat. Mais c’est son côté vintage qui fait la différence ici. Elle sort, vous l’aurez deviné, comme beaucoup de mes fringues, tout droit d’une friperie ! Ni trop courte, ni trop longue, d’un joli bleu surmonté de pois blancs, des boutons aspect nacre, cernés de doré, des manches transparentes terminées par du blanc qui rappelle les dits-pois et son col, blanc également, qu’est ce que je vous décris ici ? Oui, la petite robe parfaite !

Quand aux talons, ils sont minuscules et je ne suis pas vraiment une adepte de ce que j’appelle le « mini-talon ». En matière de chaussures je suis plutôt dans l’extrême : ou très classique ou carrément extravagant. Mais ceux là, ceux là ont eu une première vie avant d’être dans mon shoesing. Ceux là sortent également, d’une friperie, et ceux là, ont peut-être été porté par une vieille femme (aujourd’hui) lors de danses endiablées (à l’époque) ou pour arpenter les quais de Seine, main dans la main avec un homme qui portait un béret de tweed et un nœud papillon.  Alors, pour leur seconde vie, je tâcherais de leur rendre la pareille ! Ils ont donc l’honneur d’accompagner ma robe préférée (chut, faut pas leur dire que toutes mes robes sont mes préférées). En même temps, pourquoi est ce qu’il faut chercher une explication au port de ces escarpins ?! Ils sont transparents, vous comprenez ?!

Exotica – Désorbitée

Rejoignez moi sur … hellocoton ! 

DSC_0076DSC_0082
DSC_0073DSC_0094DSC_0090DSC_0096DSC_0087DSC_0099DSC_0092DSC_0088DSC_0072DSC_0069

Montre : Francesco Smalto / Robe, escarpins, ceinture : Vintage / Solaires : Ray Ban