Salopette-ologie (bah si tu sais, l’étude de la salopette) !

Looks

« Se peut-il qu’un homme sois moins sage qu’un oiseau ? » [Confucius]

France Gall – Baby Pop

DSC_0156

Sûrement connaissez-vous cette sensation quand, dans vos fringues, vous vous sentez un peu reine du monde. Chaque pas ressemble à un coup d’aile, oui, je pense que je vole là, je ne marche pas. Le combo salopette – basket me rend oiseau. Il s’agit de ressembler à une colombe, d’éviter le look pigeon et de chanter comme le rouge-gorge. La salopette se veut plume, ici à rayure, fine, pour ne pas alourdir l’animal. La dentelle se veut aile, elle laisse passer l’air et donne un aspect visuel délicat, c’est ça que l’on cherche pour faire saliver les chats. Le jaune de la ceinture c’est parce que le plus joli oiseau du monde sera toujours Tweety, mais surtout parcequ’il s’agit ici d’une salopette en taille faucon-XL, friperie américaine, rayon femme enceinte, oui, même là-dedans on peut trouver des merveilles. Et pour courir vite, très vite, sur ses échasses et faire rager Grosminet, la Nike sera toujours l’atout idéal. Oui mais là la Nike est ultra vintage, elle se décolle de partout, elles en abattront encore, des kilomètres. Rassurez moi, vous aussi vous n’arrivez pas à vous séparer de vos tas de fringues encombrants mais potentiellement portables ? Qui sait, avec un coup dans le nez, un problème oculaire, un retard très important, un bon coup de DIY ou même comme ça, tout est joli non ?! J’en suis persuadée. C’est un peu ça la mode … apprendre à persuader les autres tout en essayant, en même temps, de se persuader soi-même. A moins qu’il ne faille d’abord se persuader pour ensuite pouvoir persuader les autres. Ou bien il faut que les autres nous aident à nous persuader que nous les avons persuadé. Bref, je préfère m’envoler. Mais, la salopette, c’est ultra chouette.

Vous pouvez découvrir une interview sur Shopping Unlike et laissez moi quelques plumes en votant aux Golden Blogs Awards.

Viens battre des ailes avec moi sur … Twitter ! 

DSC_0153DSC_0147DSC_0180DSC_0173DSC_0164DSC_0155DSC_0170DSC_0179DSC_0174DSC_0143

Salopette, ceinture : Vintage / Sneakers : Nike / Sac à main : DayDay

Quand le collant cherche le soleil.

Looks

« Je pense que tout vient de là : vous faites pleuvoir parce que vous avez peur du soleil » [La femme de nos vies – Didier Van Cauwelaert]

Vous allez me prendre pour une folle. Je suis une fille normale, qui veut avoir la peau bronzée {enfin, quand elle se décide à bronzer mais ça, c’est une autre histoire}, qui veut boire de la citronnade {?!} sur son yacht de piscine {la bouée gonflable} au soleil {qui fait ressortir sa moustache}. Oui, je suis une fille normale qui aime et ne vit pleinement QUE les jours où le soleil me fait briller les cheveux et m’oblige {le vilain} à arborer joyeusement mes club master. Oui, mais le problème, c’est que je suis une fille tellement normale que les collants aux couleurs acidulées, que mes nouveaux gants en dentelle et que mon parapluie rose fluo, je ne veux pas les quitter pendant ces si longs mois. Alors la fille normale, qui n’est jamais contente de ce qu’elle a, a passé sa journée d’hier au bord de sa piscine, en maillot de bain, la tête au dessus de l’eau, se posant l’éternelle question « plongera ou ne plongera pas ? » {je vous laisse deviner la réponse !} et a passé sa journée d’aujourd’hui à regarder ses collants pour choisir lequel elle allait sortir. Oui mais, 1) elle a eu chaud, 2) elle a pleuré l’absence de soleil qui ne va pas permettre d’avoirunbronzageharmonisé {qu’il est con ce soleil !}. Les filles normales ne seront jamais normales.

France Gall – Laisse tomber les filles






Haut : Urban Outfitters / Robe : Pull&Bear / Collant : Tezenis / Sac : Vintage / Bague : Di Giorgio / Chaussures : New Look / Collier : Collection Martin Margiela pour H&M