A – musée – moi !

Looks, Voyages

« Quand on y songe, les grands magasins sont un peu comme des musées. » [Andy Warhol]

DSC_0174

W.A.S.H.I.N.G.T.O.N. Trop de consonnes, un nom propre si moche, je ne savais pas à quoi m’attendre. Sûrement pas à tomber amoureuse d’une ville, la capitale des USA a failli voler la vedette à ma capitale à moi. Non mais ! Mais elle n’a pas fait exprès, elle en a beaucoup des attributs, vraiment beaucoup.

La première journée, j’ai vu à quoi ressemblaient les premiers hamburgers de chez Mcdo, j’ai vu les robes de princesse de toutes les First Ladies, j’ai vu le premier Apple, le premier sac à main en cuir, j’ai vu les escarpins de Dorothy dans Le Magicien d’Oz, j’ai vu le premier train américain, j’ai vu des images d’époque de la ville de NYC, j’ai vu un morceau du mur de Berlin, j’ai vu la maison de poupée des filles du Président. Oui, c’est au musée que ça se passe. Et pour les habitués des visites culturelles rasoirs avec trop de sculptures qui ont la même tronche, trop de peintures difficiles à regarder et trop d’histoire de la vie politique en temps de guerre, les musées de la capitale américaine sont à l’image américaine ; on est plus dans un parc d’attractions que dans un musée relou et les montagnes russes du savoir sont faites de surprises en tout genre. Venez que je vous raconte.

Les musées sont gratuits, et il y en a pour tous les goûts. Ici, voici le musée retraçant l’Histoire des USA (la partie FOOD est impressionnante !). Il est hyper bien fait, c’est vraiment une visite hyper sympathique. Quant à Mickey, il a encore traîné ses oreilles de souris entre les panneaux et les vélos (dédicace à la photo qui suis et aux petites bottines vintage de cette jeune demoiselle à vélo qui – si elles n’avaient pas été en pierre – auraient été miennes) ! Idem pour les Jimmy Choo de Madame Obama qui – si elles n’avaient pas été derrière une vitrine sous une caméra – auraient été miennes !

Les photos de ville c’est à Georgetown – wonderful ! Gilet, short et baskets sont nouveaux. La semelle rouge me plaisait (on ne se refait pas). Elles sortent du rayon homme (raison pour laquelle mes virées shopping durent des heures, après plusieurs tours au rayon femme, le rayon homme – enfant – déco – cosmétique – animaux … m’appellent). C’est pas moi, c’est le génie de la boutique, vilain, va !

Cuit-Cuit avec moi sur … Twitter ! 

Joe Dassin – L’Amérique

DSC_0190DSC_0091DSC_0069DSC_0151DSC_0085DSC_0200DSC_0197DSC_0257DSC_0116DSC_0082DSC_0027DSC_0002DSC_0072DSC_0049DSC_0037DSC_0141DSC_0250DSC_0118DSC_0068DSC_0012DSC_0022DSC_0088DSC_0127DSC_0160DSC_0061DSC_0179DSC_0041DSC_0110DSC_0193DSC_0024DSC_0185DSC_0046DSC_0145DSC_0188 DSC_0183

Gilet & Short : Vintage / Baskets : Adidas Men / Tee-shirt : UO

Les bons plans de la parisienne.

Coups de coeur

« Peut-être Paris ne vaut-il que par ses provinciaux ? » [François Mauriac]

DSC_0271

Je suis une parisienne émigrée à Aix en Provence. Parisienne de naissance, parisienne de coeur, j’ai déménagé au soleil du sud il y a presque sept ans maintenant. Et même si Aix me plait, j’ai le mal du pays ! Je reviens tout juste d’une petite semaine à Paris et j’oublie, à chaque fois, à quel point la capitale est géniale. Petit tour d’horizon de mes trouvailles.

Des escarpins et des ballerines, jusque là rien de bien parisien, certes. Des escarpins Zara et des ballerines H&M, oui, en cherchant un peu, on aurait pu les trouver dans le sud. Mais mes tout nouveaux talons bleus, ce sont des Laurent Mercadal. Elles sont vintage comme il faut, d’une couleur superbe et sortent tout droit de … Emmaüs ! (Je vous en reparlerai très, très bientôt. C’est un peu la caverne d’Ali Baba).

Les robes. Je vous présentais, dans l’article précédent, ma petite robe beige (sur peau bronzée !). Le chemisier rouge vient également de chez « Quai 71 ». La robe à carreaux est une bensimon que je réserve à la plage. Et la verte à petits pois est un immense coup de coeur ! Shoppée chez Kilo Shop, elle est à tomber ! Kilo shop, vous connaissez ? C’est une immense friperie où les accessoires/chaussures/vêtements sont vendus au kilo. Bonnes affaires à coups sûrs, les prix sont imbattables, les articles rivalisent d’originalité. C’est une vrai friperie à prix d’or, odeur comprise et j’aime beaucoup ça. Vous trouverez une boutique Kilo Shop rue de la verrerie et une autre boulevard Saint Germain.

Rayon boutique à prix d’or, j’ai découvert Hema. Et là, grooooos coup de coeur !! Hema est un magasin qui vend … de tout ! Des gourmandises, de la décoration, des fournitures de bureau, des cosmétiques, pour hommes, pour femmes, on y trouve de tout. Et à des prix dérisoires ! J’avais vraiment envie de ressortir avec toute la boutique mais le petit ange l’a emporté sur le petit diable et je n’ai pris qu’une crème de jour, une de nuit et un très joli vernis jaune pastel (pour un total de 6 euros 50, qui dit mieux !?!). J’ai également eu l’occasion de tester leurs rouges à lèvres, ils sont parfaits.

Hôtel de ville, une petite file d’attente et un portail de sécurité plus loin je suis entré dans le temple de la haute couture. « Paris Haute Couture » est une merveilleuse expo. Dans la première salle, on assiste, en textes/dessins/vidéos à la confection d’une robe de haute couture. C’est déjà une jolie expérience. Mais dans la deuxième salle des robes de créateurs sont exposées, avec un jeu de lumière et de miroirs, c’est à couper le souffle ! Yves Saint Laurent, Poiret, Azzedine Alaïa, Karl Lagerfeld, ils y sont tous ! Foncez la voir, c’est gratuit !

Des livres. Je suis une dévoreuse de pages et, soleil à Paris oblige, la lecture au Luxembourg était forcément dans mon emploi du temps. Boulinier, boulevard Saint Michel est un magasin de déstockage de livres/vinyles/CDs, DVDs etc. à des prix riquiqui (beaucoup de produits à 20 … cents) !

Vanessa Paradis et -M- : La Seine

DSC_0289 DSC_0293 DSC_0296 DSC_0299 DSC_0301

La mode crée sa religion.

Textes

« Ce n’est pas comme si les mannequins n’avaient pas de cervelle, elles en ont une, elles n’ont pas besoin de l’utiliser… » [Carrie Bradshaw]

Journaliste. C’est mon rêve. Vous l’aurez compris, j’aime écrire. En général. Mais quand, en plus, je peux parler de stilettos, de make-up et de bons plans shopping, ma passion (mes passions) pren(nent) tous son sens. J’ai eu l’opportunité de créer la rubrique « Tendance » dans l’hebdomadaire Aix City Local News. Ce fut un jolie expérience qui, si elle n’a malheureusement pas durer très longtemps, m’a permis de découvrir comment se font et se défont les tendances mode à Aix en Provence, ville de fashionistas par excellence, mais également de jolies rencontres et une vraie fierté à la parution de mes articles dans le journal (gratuit, distribué aux 4 coins de Aix !).

Si certains de mes sujets m’étaient imposés, j’avais parfois possibilité de faire parler mon imagination et vous aurez bientôt droit à mes autres petites fiertés ❤

Mes autres BB, c’est par ici 😉

Little Black Submarine – The Black Keys 

La mode crée sa religion

Pour ce premier papier, l’exercice était d’écrire sur les chapelets. Je l’avoue, les modes masculines, pour certaines, me passent un petit peu au dessus de la tête et j’ai tenté d’observer, dans la rue, les « colliers des garçons ». Et en fait, les chapelets, il y en avait plein, et pas que sur les mecs !