T’es habillée comme une chute d’eau.

Looks, Voyages

« On n’amoindrit pas la majesté des chutes du Niagara en crachant dedans. » [Anthony de Mello]

DSC_0145

C’est en total look vintage que j’ai franchi la frontière du Canada ! J’ai clairement fait ma touriste, hyper impressionnée par … de l’eau ! Sans le vouloir j’étais dans les tons – du blanc, du bleu, l’oeil humide et la frange aplatie. Mais c’est parce que de l’eau, on s’en est pris en pleine tête hein ! Les chutes du Niagara je voyais ça comme une immense cascade, perdue en pleine nature, où seuls les cars de touristes affluaient. Non, Niagara Falls c’est un complexe hôtelier, des casinos à profusion, des buildings et des trombes d’eau qui tombent sur des touristes ravis par la ballade (en effet, on y gagne un joli imperméable bleu !). A Niagara Falls les activités sont nombreuses, un peu comme dans un parc d’attractions, sauf que là, l’eau n’est pas recyclée et ne coule pas d’une vulgaire grotte en plastique, elle tombe par milliards de gouttes à la seconde, dans un vacarme infernal. Et le spectacle est à couper le souffle. Si les rapides, plus haut, laissent déjà présager ce qui va suivre, les cascades sont hyper hautes, et ne laissent aucune chance aux énormes troncs d’arbres qui s’effondrent dans le lit bruyant. Imaginez pour une pauvre petite brindille ! Juste en bas des cascades, le silence est d’argent car l’or, ici, est bleu. Bleue turquoise, les milliards de goutelettes forment une immense plaine d’eau où pas un souffle n’est perceptible. Le contraste est étonnant entre le haut et le bas. Et le complexe touristique installé tout autour, s’il est réellement dérangeant à première vue, est particulièrement bien fait – nous approchons les cascades de très près. Éblouissant. Quant au bateau, je vous conseille d’y jouer les marins d’eau douce, non seulement on y gagne un superbe imperméable bleu – pas un brin protecteur – mais aussi une vue impressionnante au bas des chutes. Le bruit, la vue, le toucher, l’ouïe et l’odorat sont mis en éveil, en fait ce n’est pas un marin d’eau douce qu’il faut être, c’est le capitaine Haddock ! Mille milliards de mille sabords, les pois bleus c’est pour l’eau, le blanc c’est pour l’écume, le ciel et la fumée (l’eau tombe si fort qu’elle remonte en une vaste fumée blanche), l’oeil humide c’est pour l’émotion et la frange aplatie c’est pour l’humidité et l’absence d’efficacité du fameux imper bleu. Je suis un peu la personnification des Niagara Falls en fait ! Et j’ai hâte qu’il pleuve sur la France, personne n’aura le même imper que moi ! Magique.

Si vous allez jouer les déesses des chutes du Niagara en total look bleu et blanc, n’oubliez pas de traverser le pont et de montrer vos jolis sourires (et votre passeport aussi !) aux Canadiens (ou aux Américains si vous êtes en face !). Féérique. Il est possible de passer facilement la frontière et de dîner au pied des chutes qui s’éclairent à la tombée de la nuit. Qui dit Canada dit élan, j’étais obligé de faire la traditionnelle photo. Epique.

Mon short est en réalité une culotte de grand-mère (une vraie !), bien loin des strings de notre époque, brodée à la main et que vous trouverez dans toutes les friperies dignes de ce nom (ou, dans la maison de campagne de vos mamies).

Selah Sue – Crazy Vibes

Viens partager tes posts sur … Hellocoton !

DSC_0456DSC_0189DSC_0181DSC_0220DSC_0446DSC_0470DSC_0288DSC_0501DSC_0464DSC_0249DSC_0139DSC_0111DSC_0329DSC_0474DSC_0427DSC_0515DSC_0269DSC_0278DSC_0469DSC_0491DSC_0350DSC_0253DSC_0134DSC_0163DSC_0170DSC_0369DSC_0482DSC_0213DSC_0147DSC_0264DSC_0452

Reine des fleurs.

Looks

« On compare les fleurs aux femmes. On a tort. Il y aura toujours entre elles, cette différence que les fleurs sont belles … et ne le savent pas » [Alphonse Karr]

DSC_0155

J’ai eu envie de me fondre dans le bosquet. Il était trop joli avec toutes ses fleurs jaunes. Il l’était beaucoup moins après avoir supporté mon poids. Si, à l’article précédent, je vous parlais de la chemise façon grand-mère qui est, d’après moi, un objet de mode par excellence pour nous, en voici une nouvelle illustration. Cette chemise ne sort pas d’une friperie mais directement de la penderie de mamie. Avec ma mini-jupe jaune et mes derbys à franges, je lui trouve un air des plus actuels. Pas folle, je voulais me fondre dans le bosquet mais j’avais la tenue camouflage hein ; la chemise imprimée feuilles et du jaune partout pour devenir la copine des fleurs. Mais le bosquet m’a rejeté ; je suis une citadine, une vraie, qui aime associer les vêtements et leur donner une nouvelle vie. Les fleurs, c’est plus joli en photo.  Quant aux petites chaussettes dans mes chaussures, si vous ne l’avez pas déjà découvert sur instagram, sachez que c’est ma nouvelle lubie. Qu’en pensez-vous ?

Vanessa Paradis – Dès que j’te vois

DSC_0121DSC_0088DSC_0089DSC_0137DSC_0140DSC_0091DSC_0151DSC_0106DSC_0128DSC_0110DSC_0142DSC_0130DSC_0150DSC_0096DSC_0132DSC_0115

Derbys : River Island / Socquettes : Monoprix / Jupe et chemise : Vintage / Sac : Longchamp