Tu l’as mis où, ton poney ?

Looks

« Lorsque vous portez une paire de bottes, vous ne vous heurtez jamais à un meuble. Mais si vous vous promenez nu-pieds, tout le mobilier se jette sur vous et vous frappe » (Jérôme K. Jérôme).

Moi, mon âme et ma conscience – Paris Combo

Si les stylistes des séries américaines devenaient complètement fous et qu’ils décidaient de combiner les styles, cela pourrait vite ressembler à ça. Prenez une pincée de Gossip Girl, une poignée de La Petite Maison dans la Prairie – vous pouvez portez des jupes plissées avec des santiags. De toute façon, en mode, on a le droit de tout faire.

Du coup, porter du neuf avec du vieux, on va y revenir encore une fois, mais cela devient une nécessité. Lorsque le total look H&M est prohibé et que la jupe plissée peut vite devenir uniforme d’hôtesse de l’air à l’air pincé, on peut sûrement se permettre de mélanger les styles. Sauf qu’avec ce type de bottines, on a vite l’impression de porter des haltères aux pieds. Je n’ai pas l’intention de faire du sport extrême à chaque fois que je vais faire mes courses. Je n’ai pas l’intention de choisir le cheval comme moyen de transport. Mais j’aime l’idée de pouvoir y rajouter des éperons (je ne le ferais pas, restez connectés s’il vous plait) et j’aime l’idée que si quelqu’un t’embête, tu peux toujours lui donner un bon coup de pied douloureux – idéal en plein débat sur le harcèlement de rue ! En fait, vous l’aurez compris, j’ai le sentiment, dans cette tenue, de porter une combinaison de cosmonaute avec des escarpins / ou un bikini avec des cuissardes / ou une jupe plissée avec des semblants de santiags. En fait, j’aime assez l’idée d’être une Serena Ingalls ou une Laura Waldorf… J’aime assez l’idée d’accrocher le soleil avec mon chemisier jaune et de porter des chaussures à clous en ayant le droit pour une fois. J’aime aussi l’idée de la superbe maison jaune et rose qui habille Aix en Provence. J’aime l’idée de m’amuser tout simplement. Puis je suis pas crédible. Je me sens très femme d’affaire oui. Mais à poney.

Au moment où je vous parle, j’arpente les rues de New York, point de départ d’un road trip d’un mois aux USA … stay tuned … pas de secrets pour les insatagrammés !

Bottines : H&M / Chemisier + sac à main + jupe : Vintage / Chaussettes : Monoprix / Lunettes : Ray Ban / Bague : Asos

Fille en salopette ou bébé qui se la pète ?!

Looks, Voyages

 « Elle porte une salopette… et surtout elle mène une révolution : la révolte contre les princes qui choisissent leur promise selon leur physique » [Séverine Vidal – Léontine, Princesse en salopette]

DSC_0251

Je me revois, à 10 ans, tapant du pied dans le magasin, une énorme salopette jaune sur le dos. Je suis gentille, je vous mets la photo dossier ! Puis j’avais enchaîné, les salopettes orange, rose, turquoise. Rien en denim brut, comme une salopette devrait l’être. Et les jambes longues svp ! Le short, plus jeune, je trouvait ça horrible. En me promenant chez Macy’s (dans le plus grand du monde, je me suis promenée longtemps !), je suis tombée folle amoureuse de cette salopette. Elle est à la fois immense et me fait ressembler à un gros bébé. Elle a la grosse poche sur le devant (qui permet de ranger les gobelets, je deviens une vraie américaine !), les boutons en fer sur le côté, la possibilité de retrousser grossièrement le bas des jambes. Et, c’est une taille 11. Pour info, je porte généralement du 4. J’aime son côté négligé/habillé. Bref, un retour en enfance plein de bon sens, la salopette en denim va avec tout ! Attention, j’en ai acheté une deuxième aujourd’hui, un début d’addiction ?! Une jolie collection qui commence … !

Ce qui est génial, c’est que tout autour de la salopette, c’est la poche (porte !) ouverte à toutes les folies. Avec mon chemiser jaune vintage et son col en dentelle blanc, les petites chaussettes jaunes (je vous l’avais dit que c’était ma nouvelle lubie) et mon Longchamp adoré de la même couleur que le combo derbys/chaussettes. Pour la coiffure, j’avais dit que je voulais me lancer dans des tentatives infinies. Celle-ci me plait assez. Encore merci à Blondie ! Assez pour se promener dans les rues de NYC. Vues sur le quartier de Chelsea, Times Square la nuit (je vous donne même les indices boursiers, non, non, ne me remerciez pas !), les hot dogs du coin de la rue (de toutes les rues !) et ne loupez pas la superbe boutique « Comme des Garçons » engoncée dans sa petite allée taguée. Elle se fond à merveille dans le décor.

Alors, la salopette, fausse bonne idée ou cool la ressemblance avec bébé ?! Et donc, en fait, si notre garde robe est en éternel recommencement, je dois me mettre à relire « Tom-Tom et Nana » ?! Pas de souci ! Est ce que vous aussi il y a des pièces que vous avez remisé au placard le temps de quelques années et que vous aimeriez ressortir à présent ?

Viens visiter les USA avec moi sur … Instagram !

Alain Souchon – J’ai 10 ans

005DSC_0320DSC_0263DSC_0252DSC_0273DSC_0275DSC_0343DSC_0246DSC_0279DSC_0325DSC_0249DSC_0256DSC_0228DSC_0312DSC_0242DSC_0231DSC_0195DSC_0200DSC_0205DSC_0193DSC_0348DSC_0215DSC_0197DSC_0340DSC_0307DSC_0262DSC_0302DSC_0286DSC_0311DSC_0241DSC_0232DSC_0309DSC_0216

Chemisier et ceinture : Vintage / Salopette : American Rag (aussi dispo en version longue !) / Sac à main : Longchamp / Chaussettes : Monoprix / Derbys : BDG chez UO / Solaires : Ray-Ban / Headband : Accessoires cheveux chic

Reine des fleurs.

Looks

« On compare les fleurs aux femmes. On a tort. Il y aura toujours entre elles, cette différence que les fleurs sont belles … et ne le savent pas » [Alphonse Karr]

DSC_0155

J’ai eu envie de me fondre dans le bosquet. Il était trop joli avec toutes ses fleurs jaunes. Il l’était beaucoup moins après avoir supporté mon poids. Si, à l’article précédent, je vous parlais de la chemise façon grand-mère qui est, d’après moi, un objet de mode par excellence pour nous, en voici une nouvelle illustration. Cette chemise ne sort pas d’une friperie mais directement de la penderie de mamie. Avec ma mini-jupe jaune et mes derbys à franges, je lui trouve un air des plus actuels. Pas folle, je voulais me fondre dans le bosquet mais j’avais la tenue camouflage hein ; la chemise imprimée feuilles et du jaune partout pour devenir la copine des fleurs. Mais le bosquet m’a rejeté ; je suis une citadine, une vraie, qui aime associer les vêtements et leur donner une nouvelle vie. Les fleurs, c’est plus joli en photo.  Quant aux petites chaussettes dans mes chaussures, si vous ne l’avez pas déjà découvert sur instagram, sachez que c’est ma nouvelle lubie. Qu’en pensez-vous ?

Vanessa Paradis – Dès que j’te vois

DSC_0121DSC_0088DSC_0089DSC_0137DSC_0140DSC_0091DSC_0151DSC_0106DSC_0128DSC_0110DSC_0142DSC_0130DSC_0150DSC_0096DSC_0132DSC_0115

Derbys : River Island / Socquettes : Monoprix / Jupe et chemise : Vintage / Sac : Longchamp

La jupe 2 en 1.

Looks

« En marchant, les femmes peuvent tout : montrer ou ne rien laisser voir. Otez la jupe à une femme, adieu la coquetterie, plus de passion. » [Honoré de Balzac]

DSC_0041

Tulle, tulle, m’entends tulle ?! L’éternelle insatisfaite ne sait pas choisir entre la jupe courte ou la jupe longue. L’éternelle insatisfaite voudrait porter une jupe courte quand elle en porte une longue et une longue quand elle en porte une courte. L’éternelle insatisfaite aime le sexy de la jupe courte et … le sexy de la jupe longue. L’éternelle insatisfaite est insatisfaite. Maintenant que le problème et que la mission sont définis l’éternelle insatisfaite voudrait trouver une solution. Et c’est dans un sac Promod que mon amoureux m’a offert la satisfaction (fille non vénale s’abstenir). Promod, je ne suis pas foncièrement fan, surtout de mauvais préjugés (la fille vénale, insatisfaite, est pleine de clichés) mais revenons à nos jupons. J’aime les larges jupes qui moulent les jambes à chaque enjambée, qui vole avec les souffles du vent mais qui laisse deviner seulement les formes de ces longues échasses féminines. Top lorsque l’on n’a pas envie de filer chez l’esthéticienne, top quand les ravages de l’hiver nous offre, en plus d’une gentille grippe, des jambes pâles et livides. J’aime la mini. Parce qu’elle sait mettre en valeur ce qu’il faut, parce qu’elle sublime les jambes, atouts féminins par excellence. Alors cette jupe, c’est le compromis parfait, parole d’éternelle insatisfaite, vénale et pleine de clichés. Courte, elle met les jambes en valeur et permet de rester sexy tout en se sentant parfaitement habillée avec cette large traîne de tulle qui frotte contre nos jambes à chaque mouvement. Et vous, que pensez vous de la tendance « je suis courte sous ma jupe longue » ? (En fait, cet article, il ne parlait pas vraiment de jupe, mais de ma personnalité, non ?)

Luce – L’été Noir

DSC_0037DSC_0071DSC_0028DSC_0068DSC_0005DSC_0018DSC_0059DSC_0014DSC_0047DSC_0069DSC_0024

Débardeur : Banana Republic / Jupe : Promod / Ballerines : Monoprix / Bague aigle : Asos

Les princesses ne doivent pas montrer leur culotte ou la petite robe parfaite.

Looks

« – Ta robe est un peu anachronique. /- C’est vintage, je te signale. /- C’est pas parce que c’est vintage que c’est beau. » [Les Amours Imaginaires – Francis Riverëkim et Marie Camille]

La petite robe parfaite. Il paraîtrait qu’elle est noire, moi je pense qu’on nous ment, elle est verte, à pois blancs. Et ce qui est encore plus génial, c’est que ma petite robe si parfaite, elle sort tout droit de chez KiloShop alors même si le modèle n’est pas si original que ça, je ne suis pas prête de la trouver sur le dos de ma voisine. Mais après tout, la petite robe parfaite, c’est quoi ? Il y en a tellement … Celle-ci rentre dans la catégorie, soyez-en sûrs ! Elle est d’une couleur que j’adore, les pois, ma lubie depuis toujours, rajoute la touche en plus, une perfection. Sa coupe, sa fluidité et, quand on tourne, ses vagues, qui rappellent, notre enfance de petite fille – « maman, ma robe elle tourne » -, dévoilant à l’époque une culotte petit bateau en coton blanc. Aujourd’hui, au moindre coup de vent, au feu rouge, avec les yeux des automobilistes te transperçant pendant ta traversée de cet immense passage piéton te rappelle à quel point tes culottes petit bateau te manquent mais aussi ton insouciance de petite fille dans sa robe qui tourne. Mais dans cette robe, je me sens quand même princesse. Princesse de l’été qui est enfin là. Princesse vintage qui affirme que toutes les petites robes sont parfaites.

Jane Birkin – Ex fan des sixties






Robe : Vintage / Ballerines : Monoprix / Lunettes : Ray Ban