Si tu brilles grâce à tes boules, c’est pas forcément que tu t’es déshabillée.

Coups de coeur, Looks

« Je veux bien me déguiser en sapin de noël pour les fêtes, si on me promet de faire très, très, très attention quand on enlèvera les boules » (Philippe Geluck)

 

J’imagine déjà vos gros yeux outrés lorsque je vous dis que l’on va parler boules … Et pourtant, quoi de plus normal que d’arborer ses boules, avec fierté, autour du cou ou du poignet ? Ne me dites pas que vous n’y aviez jamais pensé … !

En ces périodes de fête, c’est amusant, de décorer le sapin. Sauf que, une fois qu’il traine, fièrement, au milieu du salon, vous avez des pics de jalousie qui s’installent en vous. Ok, vous avez trop souvent entendu la fameuse et méchante phrase « eeeuuuuh, t’as voulu te déguiser en sapin de Noël » ?. Ca, ça veut dire que le combo maquillage + boucles d’oreille pendantes + collier + mic-mac de bracelets + serre-tête à paillettes, c’était de trop. En tout cas, y’avait au moins un accessoire de trop. Pour ne pas dire tous, en fait. C’est une sorte d’insulte, d’être comparé au roi des forêts. Mais si ce roi des forêts brille par sa verdure, il brille aussi par sa parure. Dans nos cerveaux de jeunes femmes avides de brillance, nous ne nous penchons pas sur le terme « verdure », nous n’avons encore jamais vu personne se mettre des fanes de radis dans les oreilles ou des bottes de carottes sur la tête. Même pendant la fashion week ! Alors comme je n’ai pas envie de devenir la risée de mon village (pardon Aix-en-Provence) en portant, littéralement et vestimentairement parlant, des plantes, je me suis focalisée sur la strophe suivante et surtout sur le mot « parure » ! Si l’on n’est pas capable de se contenter d’un joli arbre vert au milieu du salon et que l’on se sent obligé de lui coller boules et guirlandes, je comprends mieux pourquoi la race féminine se sent obligée de se peinturlurer le visage et de même en arriver, parfois, à se coller des strass sur les dents, sur les ongles, dans le nez ou dans le nombril. Mais pas seulement, à quoi sert un bijou si ce n’est à servir de « décoration » ? L’homme, le masculin, est donc plus proche du sapin tel qu’il est à l’origine que nous, femelles en quête de changement. Alors moi, comme mon sapin, j’ai voulu me la jouer porteuse de boules. Si les hommes portent naturellement des boules (pardon pour le moment vulgarité), nous, femmes, avons besoin de mettre en avant nos attributs, et cela passe parfois par le bijou. Eux, ils ont des « bijoux de famille ». Nous aussi ! Sauf que nous, on a le droit de les montrer alors profitons-en ! En tout cas, c’est la conclusion que j’en tire, au vu de ce besoin féminin d’en faire toujours plus face à des hommes qui nous demandent de cesser le carnage, d’économiser notre argent et qui n’ont vraiment plus envie de filer chez le bijoutier.

Je suis une éternelle princesse rêveuse qui, comme toutes les princesses rêveuses ou les grandes actrices de cinéma rêve, elle aussi, de pousser, chaque jour, les portes de chez Tiffany’s, Cartier ou Chopard pour y acheter ce qu’on appelle, un « bijou ». Pour moi, le bijou, ça vient de là. C’est luxueux, on en porte peu et on n’en a pas beaucoup. Mais, qu’est ce qui s’étale sur le mur de ma chambre ? Pourquoi est ce qu’il y a tant de bracelets, bagues et sautoirs si ce ne sont pas des « bijoux » ? Aha ! L’animal féminin est un animal primitif. Puisque Cartier, Chopard, Tiffany’s et autre bijoutiers de luxe sont inaccessibles, nous sautons sur ce que l’on appelle le « fantaisie ». Fantaisie ! En voilà un joli mot. Et donc, à la manière de l’arbre qui nous rappelle que c’est Noël, nous nous amusons à nous parer de parures fantaisistes pour avoir une allure chic ou choc, selon les cas. Moi, comme je vous l’ai dit, j’ai fais dans la boule de Noël. Des boules en guise de col, des boules en guise de bracelet. Une accumulation de bagues. Des boutons dorés. Quelques paillettes sur les ongles et un pantalon de cuir servi sur des chaussures à gros noeud, je crois que, ça y est, la fête est bel et bien là. Et vous savez quoi ? A petites doses, tout est absolument portable après tout.

Et toi, t’aimes te décorer comment ? Viens m’en parler sur … facebook !

Pour les retardataires du cadeau de Noël ou pour celles qui ont encore envie de se faire plaisir, je vous ai concocté une petite sélection de mes coups de coeur actuels chez Bijoux Chérie, e-shop d’où provient mon drôle de bracelet :

Capture d’écran 2015-01-04 à 00.43.56

Bracelet pompons : BijouxCherie.com / Sac, pantalon & veste : Vintage / Escarpins : Asos / Collier : Exopotamie / Chemise : H&M

(Merci à BijouxCherie.com pour le bracelet reçu en cadeau)

Oh, je porte une chemisette, saperlipopette !

Looks

« Un seul hêtre vous manque et tout est dépeuplié » (Marc Hillman)

Mauvaise mine – Lafayette ft. Liza Manili

Entre deux révisions de partiels, je lis des blogs. Beaucoup de blogs. Entre deux révisions de partiels, je clique sur tous les liens que je trouve sur ces blogs. Je suis vraiment une likeuse folle. Une cliqueuse en furie. Ou un mouton. Un vrai mouton qui veut faire tout ce que les autres font.  Quand j’ai appris l’ouverture de Monki à Paris, je me suis raidie tel un I, « c’est sûr, j’irais demain ». Sauf que ça fait déjà quelques années maintenant que j’ai déménagé à Aix en Provence (bah non, on n’a pas de Monki, pas de Hema, pas de Starbucks, pas de Mcdo, pas de … mais on a internet !). Je vous ai déjà dit que mon mot préféré c’était e-shop ? Entre deux révisions de partiels (si mon directeur de recherche passe par ici, j’ai intérêt à lui faire un cadeau !), j’ai e-shopé un max. Mais sur le site de la SNCF. Et lors de ma dernière virée parisienne, je suis allée chez Monki.

Je m’étais promis de ne jamais porter de chemisette. Et d’arrêter les chemises de bucheronne. Du coup, forcément, quitte à griller l’un de ses principes, autant en griller deux d’un coup. Je vais vous donner un exemple. Si vous mangez un banana split (dans la première version, j’avais écrit slip …). Vous allez y mettre une banane. Pour faire genre. Et à partir de là, on détruit les principes. Une boule fraise + une boule vanille + une boule chocolat. Hop, -1 principe. + Chantilly. Hop, strike de principes ! Alors j’ai acheté une chemise de bucheronne, sans manches. Et j’ai associé les motifs. J’ai tué tous mes principes. Si je loupe mes partiels, je me reconvertis dans le bowling (oui, Mr mon directeur de recherche, vous êtes cordialement invité). Entre deux e-shop révisions de sociologie, j’ai testé la chemise sans manche, le motif à carreaux avec le short taille haute, le noeud papillon à motifs différents. Associer deux motifs, c’est pas interdit. C’est comme mélanger la glace au chocolat avec la vanille d’abord ! Et finalement, la chemise de bucheronne sans manche, toute douce, elle casse les codes, brise les tabous … tu le savais toi qu’il ne fallait jamais dire jamais ?! Ben ouais, la chemise de bucheronne sans manche, c’est peut-être la tenue moderne de la princesse street, qui sait ? Clown ou véritable tenuedelamortquitue ça, c’est à vous d’en décider !

Viens m’aider à donner une nouvelle vie à mes drôles de choses sur … vinted !

Chemise : Monki / Chaussures : Polo Ralph Lauren / Sac à main : Daniel Hechter / Lunettes : Ray Ban / Short : Naf Naf / Noeud papillon et veste : Vintage / Bracelet : Petite Mendigote

Pantalon de papier peint.

Looks

« En sept ans de mariage, j’ai appris deux choses : 1 – ne jamais poser du papier peint ensemble,  2 – avoir deux salles de bain … rien que pour elle » (Dennis Miller)

Anais – Le tango stupéfiant

DSC_0061

Non, je ne me moque pas de vous, ces photos datent bien de février 2014. Je vous avais prévenu, dans le Sud, tout est possible question météo. Je n’ai pas perdu mes pieds dans la bataille. Mes lunettes de soleil sont les plus heureuses du monde et je me ravie de pouvoir vous le montrer enfin, ce pantalon à fraises. Attention, photos gorgées de soleil.

Quand ma meilleure amie et moi-même sommes rentrées dans un appartement à Rome, nous avons tiré la même conclusion : « la couleur et les motifs du plafond, je les verrais tellement sur une robe » ! C’est chose faite. Mais les jolies moulures et la peinture vert anis ont laissé place à … un motif tapisserie du plus bizarre effet. Le mariage entre la rose et la fraise. Le papier peint de ta grand-mère. Qu’à cela ne tienne, je garde en tête l’image des princesses qui se confectionnent de superbes robes de bal dans les rideaux du salon, je le fais à ma manière. Et je me sens bien. Je vous avais dit qu’à défaut de manger 5 fruits et légumes par jour, je faisais une cure « légumes et fruits à même le corps ». Après les cerises et les poires, les fraises – le défi continue … ! Ce pantalon, c’est une merveille dénichée dans les recoins d’une friperie américaine. J’attends vos avis sucrés avec beaucoup d’impatience !

Je vous laisse imaginer le bonheur intense pour mes orteils et moi-même de pouvoir, pour quelques heures, agiter la manucure Tipp-ex sous les rayons (pas encore brulants) du soleil. Quelques heures seulement. Mais quel début gracieux ! Gilet et sandales proviennent d’une … friperie américaine ! Je vais, de ce pas, du bout de mes orteils effet Tipp-ex, consulter les compagnies aériennes, mon dressing crie famine et l’histoire d’amour entre lui et les fripes américaines ressemble un peu à mon histoire à moi avec les sushis. En attendant, le prochain voyage, c’est mercredi, et c’est à Bordeaux que ça se passe, pour quelques jours. J’y vais en repérage d’un éventuel (très éventuel, potentiel, possiblement inexistant) déménagement (n’est ce pas, papa/maman ?!). J’attends avec impatience vos éventuelles adresses. Et si vous êtes bordelais/bordelaises, amoureux de Bordeaux, passionnés par la Gironde, curieux de découvrir la ville ou bien que vous détestez cette région là, venez m’en parler sur …

vinted / twitter / facebook / hellocoton / instagram 

Je sais, que vous ne regarderez (n’envisagerez) plus jamais le papier peint de la même manière !

DSC_0079DSC_0018DSC_0038DSC_0047DSC_0069DSC_0082DSC_0045DSC_0077DSC_0053

Gilet, pantalon : Vintage / Débardeur : Banana Republic / Lunettes : Ray Ban / Sandales : Rebecca Taylor / Ceinture : Maje

Il parait que les sorcières sont « rock », moi je suis sceptique …

Looks

« – Miroir magique au mur, qui a beauté parfaite et pure ? – Célèbre est ta beauté Majesté. Pourtant, une jeune fille en loques dont les haillons ne peuvent dissimuler la grâce, est hélas encore plus belle que toi. – Décris-la moi. Apprends-moi son nom. – Lèvres rouges comme la rose. Cheveux noirs comme l’ébène. Teint blanc comme la neige. » [Blanche Neige et les sept nains]

Exotica – Femme de chair

DSC_0166

Certains disent qu’elles font « rock », moi j’ai envie de les sortir pour Halloween, je trouve qu’elles font un peu « sorcière ». C’est donc {en toute logique} que je les ai adoptées, ma passion du nez crochu et du chapeau pointu était, jusqu’ici, inavouée {même pour moi-même}. Ne dit-on pas que l’on apprécie ce que l’on craint, peut-être que, parcequ’elles me font peur justement, je les kiffes, mes nouvelles bottines. Elles ont surtout un charisme dingue. Dénichées au beau milieu d’un vide-grenier, j’ai eu peur, après les avoir essayées, qu’on me jette un mauvais sort si je les abandonnais. Et puis je n’étais plus à une paire près hein … j’en ai acheté DIX autres ! Voici donc, Mesdames et Messieurs, ma première paire de bottines plates, qui vient s’ajouter à une collection de 162 paires de chaussures. Il m’en fallait donc, au moins une, paire de bottines plates. Restons logiques !

La jupe. Le tutu. Genre déguisement de princesse. Ça paraissait normal d’associer les deux. C’est un peu l’histoire de Blanche Neige face à la sorcière que l’on retrouve dans cette tenue. Tant que la mode continuera à nous raconter des histoires, je pense que je serais au premier rang. Surtout qu’une histoire de sorcière peut devenir une histoire de princesse – ma jupe vient de chez Jennyfer – et je sais qu’il ne faut pas tomber dans les clichés, mais je dois avouer que ce n’est pas ma tasse de thé. J’étais déjà étonnée d’y avoir dégoté cette petite merveille de robe, voici ma jupe tutu et moi, je suis saugrenue ? sur le cul ? en tutu !

Pour finir, ma veste, ma veste, ma veeeeste. Encore une fois, issue d’une friperie. Encore une fois, d’une friperie américaine. Le col en broderie en velours. Les poches en broderie en velours. Le genre de petits détails qui tuent. CQFD, ma veste, elle tue !

A vous de décrypter les photos, de lire l’histoire – la princesse rencontre la sorcière mais, qui tue qui en tutu ?! A vous d’inventer la suite … !

Viens me raconter la suite sur … facebook !

VOTE POUR MOIIIIII – s’il te plait / please / 하시기 바랍니다 / gefallen / jekk joghgbok / من فضلك 

gba

DSC_0153DSC_0118DSC_0115DSC_0180DSC_0137DSC_0147DSC_0192DSC_0109DSC_0160DSC_0177DSC_0117DSC_0133

Tutu : Jennyfer / Bottines et veste : Vintage

On peut mettre des jupes dans un western ?

Looks

« Une vache, c’est rien qu’un tas d’ennuis dans un sac de cuir » [Mark Rydell]

Devendra Banhart – Feel Just Like a Child

DSC_0051

J’avais adoré transformer la chemise d’homme en jolie robe de femme. Cette fois ci c’est ma chemise préférée que je porte en jupe. Et c’est pour la bonne cause. Vous voulez son histoire ?!

« Oh, tu sors de la petite maison dans la prairie » ?! Oui, dans la rue on entend parfois de sombres idioties des douces paroles dignes d’une fashion week. Le gentil garçon casquette retournée-jogging délavé (je ne suis pas fan des clichés) qui s’adressait alors à moi ne me connaissait pas assez pour savoir que je suis une fan invétérée de la série et que je connais tous les épisodes par coeur. Non, il parlait, là, de ma chemise ! Alors, pourquoi la chemise effet cow-boy déplaît en chemise et devient une véritable star en jupe ?! Le mystère reste entier, la mode est, décidément, un vrai labyrinthe sociologique. Ce qui me plait ici, c’est le côté hyper classique de cette tenue qui ne l’est en fait, pas du tout. J’aime l’effet vêtement négligemment enroulé autour de la taille comme le touriste qui a trop chaud, la taille haute grossièrement ceinturée par les deux manches, l’aspect asymétrique et désordonné d’une jupe dont on ne sait plus trop finalement, s’il s’agit bien d’une jupe. En fait, je comprend mieux, rien de tout cela ne rappelle le cow-boy ici. Alors on arrête les « Yihaaa » intempestifs, de toute façon, on ne joue pas du lasso debout sur des talons, on délaisse les chevaux pour le chapeau et les tresses pour le bracelet princesse (j’en suis folle amoureuse). Raison de plus pour acheter trop de chemises, elles seront forcément portées, on ne sait pas encore quand, et surtout, on ne sait pas encore, comment !

Toujours besoin de vos votes pour les Golden Blogs Awards 

gba

Viens agiter ton lasso sur … Hellocoton

DSC_0036DSC_0023DSC_0044DSC_0043DSC_0092DSC_0085DSC_0025DSC_0058DSC_0080DSC_0054DSC_0002DSC_0029DSC_0107DSC_0050DSC_0052DSC_0001

Chemise-jupe : Ralph Lauren / Tee-shirt : Mango / Chapeau : French Connection / Bracelet : Petite Mendigote / Escarpins : JB Martin