Vie mouvementée d’un chemisier dessiné.

Looks, Voyages

« Un costume tailleur noir médiocrement coupé, étroit aux emmanchures, et la chemisette de batiste blanche, très fine, un peu bridée à la hauteur des seins » (La Fin de Chéri – Sidonie Gabrielle Colette)

Blossom Dearie – Plus je t’embrasse

DSC_0301

Ce que j’aime dans les chemisiers de nos grands-mères, c’est cette capacité à être travaillés. Minutieusement travaillés. Certains diront que nos chemisiers ressemblent à des napperons. Certains diront que les petits boutons de nacre leur font pensé à des perles. Je fais partie de la deuxième école, vous l’aurez deviné. Cela ne me pose aucun problème de me faire découper une chemise dans une nappe, tant que les manches, les épaules, les boutons et les détails y sont aussi féminins. On ne trouve plus des vêtements fait dans des matières si nobles et si parfaitement bien découpés de nos jours. J’aurais aimé vivre à l’époque, pour pouvoir porter tout cela. Je suis contente de vivre maintenant car on peut porter les fringues d’avant, ceux d’aujourd’hui et bientôt, ceux de demain (oui, j’ai hâte d’avoir une robe qui clignote à chacun de mes pas).

Le tout dans le vintage, c’est que cela se mixe très bien avec le neuf. Jean slim (je vous épargnerais tout le tintouin sur le fait qu’il s’agit là DU jean parfait), grosse veste orange (je vous épargnerais le tintouin sur le fait qu’il s’agit là d’une veste aux mensurations parfaites et à la couleur remarquable) et surtout, bottines militaires (je vous épargnerais tout le tintouin sur le fait que ces bottines sont mon âme soeur en matière de … bottines !). Il y a quelques années, la jeune femme qui portait déjà ma chemise devait porter un short tout autant vintage et découper du blé dans les champs, deux longues tresses dans le dos … ok ! Le vintage ce n’est pas forcément tout le temps du scénario type « petite maison dans la prairie ». Mais j’aime visualiser l’histoire que nos fringues ont pu vivre. L’histoire que nous, une fois sortis de la friperie, nous allons leur faire vivre à notre tour.

Et l’histoire de mon chemisier il passe aussi par Saint Emilion, un mois de mars 2014. Fief du vin par excellence, on peut ne pas aimer le breuvage alcoolisé et venir se régaler les yeux (mais attention les pieds !), dans ces petites rues pavées au charme incroyable. On peut, aussi, aimer le vin et là, dégustation oblige dans les chais de la région. Une fois sur place, on décide de recracher. Ou pas. Question shopping, c’est plutôt des jolies cartes postales et des bouteilles que l’on ramène mais question beau temps et jolies photos, le décor est planté. Un bon moyen de tester ma nouvelle coiffure et mon gros noeud jaune au yeux des touristes alcoolisés, venus, du monde entier.

Viens me raconter l’histoire de tes fringues sur … twitter !

J’ai besoin de votre mobilisation et que vous votiez VOUS mais aussi vos parents, votre petit frère, votre grand oncle, votre doudou et votre poisson rouge. ICI (1 vote / jour / personne) – et bénéficiez d’une réduction de -15% avec le code SACAMAIN15 + en votant vous participez automatiquement au tirage au sort pour gagner 500 euros –

banner-1

DSC_0280DSC_0317DSC_0274DSC_0292DSC_0270DSC_0304DSC_0345DSC_0297DSC_0287DSC_0267DSC_0316DSC_0310DSC_0329

Collier : Promod / Chemisier + bottines : Vintage / Jean : Levi’s / Veste : Tommy Hilfiger / Lunettes et chouchou : Réserve naturelle

Vintage blue(s) ou blouse vintage !

Looks

« Elle était aussi bien de fesses que de face » [Raymond Queneau]

DSC_0007

Oui, je suis une grande fan d’herbes (et vu mon immense sourire, je ne parle sûrement pas que de la simple pelouse !) et de fleurs. Du moins, c’est ce que vous commencez à croire … ! Je vous promets de repasser en mode street, genre je me promène dans la rue et, on me suis, avec un appareil photo, pour immortaliser la sublime tenue que je porte. Naturel n’est ce pas ?! Mais le blog mode c’est un paradoxe. Entre naturel et pose. Et moi, je me la tape beaucoup la pose quand même. Si vous vous posez la question de savoir si je sors réellement avec les tenues proposées, la réponse est oui. Je mets un point d’honneur à ne parler que de tenues que je considère comme mettables, autant dans son jardin que dans la ville (vous pouvez demander à tous ceux qui m’ont bizarrement étudier des pieds à la tête dans les rues de ma ville {ce que j’appelle les ruelles de mon village – fan d’Aix en Provence !}).

Encore une tenue entièrement vintage. La chemise sort d’une friperie, les bracelets ont été achetés sur un marché, le pantalon et la ceinture dans une braderie, le noeud papillon chez Emmaüs et les escarpins sur Ebay ! On mixe le tout et voilà le résultat, qu’en pensez-vous ? J’aime beaucoup les pantalons taille haute. On se souvient du jaune. Voici le bleu. Le résultat n’est pas probant question fesses plates et petit bidou ressortant mais la silhouette est allongée et les jambes fuselées (ah non, c’est grâce à mes talons de 12 ça) !  Quant au chat, ce n’est pas moi qui suis allé le chercher hein, il aime trop faire sa star (peut-être parce que c’est une femelle justement).

Brigitte – Allumer le feu

DSC_0036DSC_0015DSC_0042DSC_0030DSC_0017DSC_0050DSC_0012DSC_0046DSC_0048DSC_0014DSC_0029DSC_0043DSC_0033DSC_0019

Escarpins : New Look / Montre : Promod / Bague : Di Giorgio / Pochette : Mango

La jupe 2 en 1.

Looks

« En marchant, les femmes peuvent tout : montrer ou ne rien laisser voir. Otez la jupe à une femme, adieu la coquetterie, plus de passion. » [Honoré de Balzac]

DSC_0041

Tulle, tulle, m’entends tulle ?! L’éternelle insatisfaite ne sait pas choisir entre la jupe courte ou la jupe longue. L’éternelle insatisfaite voudrait porter une jupe courte quand elle en porte une longue et une longue quand elle en porte une courte. L’éternelle insatisfaite aime le sexy de la jupe courte et … le sexy de la jupe longue. L’éternelle insatisfaite est insatisfaite. Maintenant que le problème et que la mission sont définis l’éternelle insatisfaite voudrait trouver une solution. Et c’est dans un sac Promod que mon amoureux m’a offert la satisfaction (fille non vénale s’abstenir). Promod, je ne suis pas foncièrement fan, surtout de mauvais préjugés (la fille vénale, insatisfaite, est pleine de clichés) mais revenons à nos jupons. J’aime les larges jupes qui moulent les jambes à chaque enjambée, qui vole avec les souffles du vent mais qui laisse deviner seulement les formes de ces longues échasses féminines. Top lorsque l’on n’a pas envie de filer chez l’esthéticienne, top quand les ravages de l’hiver nous offre, en plus d’une gentille grippe, des jambes pâles et livides. J’aime la mini. Parce qu’elle sait mettre en valeur ce qu’il faut, parce qu’elle sublime les jambes, atouts féminins par excellence. Alors cette jupe, c’est le compromis parfait, parole d’éternelle insatisfaite, vénale et pleine de clichés. Courte, elle met les jambes en valeur et permet de rester sexy tout en se sentant parfaitement habillée avec cette large traîne de tulle qui frotte contre nos jambes à chaque mouvement. Et vous, que pensez vous de la tendance « je suis courte sous ma jupe longue » ? (En fait, cet article, il ne parlait pas vraiment de jupe, mais de ma personnalité, non ?)

Luce – L’été Noir

DSC_0037DSC_0071DSC_0028DSC_0068DSC_0005DSC_0018DSC_0059DSC_0014DSC_0047DSC_0069DSC_0024

Débardeur : Banana Republic / Jupe : Promod / Ballerines : Monoprix / Bague aigle : Asos

Be Fashion Talent.

Looks

« C’est une nouveauté, cela ressemble à un petit nuage, c’est sucré, cela se mange, oui, imaginez que vous mordez dans un petit nuage sucré. C’est bon et cela s’appelle, paraît-il, de la « barbe à papa » ». [Contre l’Oubli – Henri Calet]

Peut-être que l’enjeu du concours ne vous fera pas trop remarquer à quel point je suis nulle dans la confection de barbe à papa. Enfin, ce nuage rose sucré, j’aime vraiment beaucoup le déguster, beaucoup moins le confectionner. Et pour les adeptes, si vous savez à quel point le petit goût tellement agréable qui fond dans la bouche une fois la barbe à papa posée sur la langue est une tuerie, alors vous comprenez aussi à quel point la confection peut être dérangeante ; doigts sucrés et jupe souillée. Par contre, je vous le promets, un jour vous les verrez, les immenses barbe à papa dignes des parcs d’attraction (que j’aime tant), mais pas maintenant !

(Ah, et restez connectés, j’ai été taggué aux liebster awards. Je suis en train de choisir les 11 blogs que je vais taguer en retour !)

Je vais vous mettre un petit peu à contribution. Je participe au concours Be Fashion Talent et j’ai besoin de votre soutien. De beaucoup de soutien. Il faut que vous cliquiez sur le « j’aime » à côté du coeur rouge. Ne confondez pas avec le « j’aime » de facebook qui se trouve au dessus de la photo (sauf bien sûr, si vous souhaitez également le partager sur facebook !).

! VOS CŒURS ROUGES SONT DEMANDES ICI !  (vous pouvez voter tous les jours)

Barbapapa










Collier : Promod / Bague : Asos / Jupe : Promod / Chemise et veste : Vintage / Escarpins : Dorothy Perkins / Chaussettes : Asos / Ceinture : Comptoir des Cotonniers /Vernis : Hema