Si on se demande si ta chemise sort d’une animalerie, c’est que les dessins dessus déçoivent.

Looks, Voyages

« Il est parfois difficile de savoir qui, dans une famille, commande : le mari, la femme, la belle-mère, ou la cuisinière. Mais le chien de la maison, lui ne s’y trompe jamais. » (Marcel Pagnol)

 Your Girl – Drop out Orchestra ft. Kinema

Palm Beach. Floride. USA.

 J’avais hyper envie de faire un retour en arrière. Ce temps, où les moins de 20 ans, ne portaient pas de collant. Les autres non plus, d’ailleurs ! Une sorte de bond dans le passé à des fins scientifiques, bien sûr. La faim justifie … ah non pardon, la FIN justifie les moyens. Je voulais vous parler « chemise ». Pas la chemise que tu mets pour ton entretien d’embauche. Pas la chemise que tu rentres dans ton tailleur pour aller travailler. Je voulais vous parler de CHEMISE. Celle grâce à laquelle tu peux faire passer un message. Et pas le message de « oui je travaille bien, bah oui, tout est dit dans ma chemise collet monté ». Non, moi je veux vous parler de chemise fantaisie et même, je crois, de fantaisies sur une chemise !

ICI, le message était très clair : j’aime sortir en pyjama / donnez-moi à manger. Deux messages pour une même chemise, nous avions mis la barre plutôt haute.

ICI, le message était très clair : j’aime bronzer des épaules / j’ai oublié de mettre du déodorant. La encore, deux messages, mais plus subtils, cette fois-ci. (Si l’on peut associer cette chemise et le terme « subtilité » … c’est un autre débat !).

ICI, le message semble clair aussi, non ? Je rêve d’un chien mais je n’ose pas franchir le cap. Un seul message. Un tout petit message ?! Il doit bien y en avoir d’autres, des messages, subtilement (encore une fois, le terme est contestable) cachés derrière cette chemise portée. Sachant qu’il est évident que le styliste à l’origine de cette chemise ne s’est certainement pas dit qu’un jour, quelqu’un la porterait, sans aucune arrière pensée, nous avons pour rôle, de la décrypter. Ce qui est certain, c’est qu’un jour passé, sur les bords de la mer, à Palm Beach (USA), je me suis essayée à jouer les femmes fatales. Mais avec la frange mouillée, je ressemblais davantage à un Yorkshire abandonné qu’à un Saint Bernard lustré. Alors le cocker que je suis a souhaité se parer de ses plus beaux poils. Mouillé par des pluies torrentielles et apeuré par des bruits de tonnerre enragés, le caniche a souhaité se faire remarquer. Mais effrayé et trempé, même un labrador ou un dalmatien ne pourrait pas agir comme un fier chien. Pour ne pas perdre de mon panache, j’ai pris soin de me nouer un noeud papillon autour du cou. Il a meilleur allure qu’une laisse, après tout. Et, comme vous le remarquerez, tous les copains de ma chemise portent de superbes noeuds papillons, des manteaux colorés et des lunettes de soleil, bien inutiles en ce jour gris ! Qu’à cela ne tienne, parfois j’emmène se promener mes Mickey, aujourd’hui, ce sont mes compagnons à quatre pattes. Une fois sèche, je pourrais jouer les molosses enragés et ruer dans les brancards parce qu’avec ma chemise, pas de doute, je serais la plus belle pour aller … renifler ? (Oh, zut …) ! En fait, je suis un peu Cruella, mais moi, les chiens, je les portent en dessins !

Merci, grâce à vous je peux enfin cocher sur ma to-do-list : « rédiger un article à l’aide du champ lexical canin ».

Que dirais-tu de venir échanger quelques « waf waf » avec moi sur … hellocoton ?

Short : Lush / Espadrilles : American Eagle / Noeud papillon : Vintage / Chemise : Paper Tee

Si ton short ressemble à une culotte, c’est qu’il te manque peut-être un short.

Looks, Voyages

« Le problème avec les culottes bouffantes c’est qu’on ne sait pas toujours quoi leur donner à bouffer » (Philippe Geluck)

Josephine Baker – La Conga Blicoti 

DSC_0177

Quand ta maman te dit que ton short lui fait penser à la culotte d’une grand-mère. Quand ton papa te demande si tu as volé la couche d’un bébé (ce qui signifie peut-être que l’on meurt habillé de la même manière que l’on nait). Je me dis que, peut-être, le fashion faux pas est là. Quand, sur la dune du Pilat, face à une mer turquoise et sous un soleil de plomb, mon short est devenu une attraction à touriste et que les réflexions ont fusé de toute part, c’est avec un immense sourire aux lèvres que j’ai pu faire mes galipettes. On l’aime ou on ne l’aime pas. Mais mon short, je sais pourquoi je le porte. Tenue 100% vintage, c’était un peu une friperie party …

Mes études en sociologie de la mode m’apportent, une fois encore, un élément de réponse. Le regard des autres passe, avant tout, par ce que l’on porte. Et si j’ai des envies de distinction, c’est peut-être pour exprimer un manque de confiance en moi. Ce qui ne te tue pas, te rend plus fort. Ce qui est certain, c’est que mon short, ce n’est pas la première fois que je le porte. Et bien ce n’est pas la dernière non plus !

Se promener dans le sable, sur la plage, en collant, ce n’est, certes, pas habituel. Et bien faites-en une habitude. Allez à la plage en hiver. Retirez vos chaussures et faites des sauts de cabri. Sensation nouvelle garantie. Il faisait froid, très froid le soir arrivé et même si j’ai tenté d’attraper les derniers rayons du soleil, le manteau de (fausse) fourrure a largement dépassé le câlin d’un amoureux. Sensation connue garantie. Elles ont un atout charme ces photos ; passer d’un chaud, si chaud à un froid, si froid, en une journée et au mois de mars. Ok, la prochaine fois j’irais à la montagne en maillot de bain du coup. Par contre, pour les non-initiés de la dune du Pilat, enfilez vos collants, elle vous attend.

Et toi, t’es plus culotte de grand mère ou couche de bébé ? Débattons sur … facebook !

DSC_0245DSC_0194DSC_0213DSC_0156DSC_0145DSC_0125DSC_0198DSC_0124DSC_0149DSC_0256DSC_0099DSC_0242DSC_0114DSC_0137DSC_0243DSC_0171

Manteau, short, sac à main, débardeur : Vintage / Collant : Tezenis / Lunettes : Réserve Naturelle / Echarpe : Comptoir des Cotonniers

« Tu préfères manger ou t’habiller ? »

Looks, Voyages

« En Bourgogne, il y a des gens qui portent des vestes bordeaux. Le contraire est parfaitement impossible » (Philippe Geluck) 

Alice Francis – Shoot Him Down

DSC_0054

Je ne sais pas ce que vous avez fait ces derniers jours et je serais ravie de le découvrir ! Moi, c’est à la découverte de la ville de Bordeaux que je suis partie, short taille haute sur le nombril et collier de marin autour du cou. Je ne suis pas guide touristique et de très nombreuses et talentueuses blogueuses bordelaises font le travail beaucoup mieux que moi ! Mais, n’ayant encore jamais mis les pieds dans cette ville, je vous propose un petit aperçu de ce qu’il peut être intéressant de faire (je parle nourriture et fringues, bien sûr !).

Le village de Saint-Emilion et la Dune du Pilat, passages obligatoires, arriveront sur vos réseaux sociaux d’ici peu, c’est une promesse. Mais en attendant, je vous invite fortement :

– à aller déguster un burger au nom si rigolo chez Edmont – délicieux. Ne faites pas la fine bouche, prenez le supplément frites et coca ! Tout est fait maison et ça se ressent fortement. (158, cours Victor Hugo)

– à aller faire du vélo dans les rues du vieux Bordeaux – le Vcub, invention parfaite. Rapidité, facilité, plaisir de pédaler au bord des quais et de se promener d’un point A à un point B sans se fatiguer tout en musclant ses jambes, déjà fuselées, et pour évacuer le burger trop vite avalé !

– à faire un tour chez Hema – je vous en avais déjà parlé ICI. Mon plaisir est le même à chaque fois que j’entre dans leurs boutiques. Mais aussi, pour celles qui n’en ont pas dans leur ville, lorsque je valide des paniers entiers sur leur e-shop. Acheteuses compulsives, s’abstenir. Ou pas, après tout. (73, rue Ste Catherine)

– à fouiller chez Fantastik – on a l’impression d’entrer dans un magasin de vieilleries et ringardises. Les fringues sont empilées dans d’immenses bacs. Ca ne paye pas de mine, vraiment. Et puis, lorsque l’on plonge, tête la première, dans ces bacs, on ressort le sourire aux lèvres, la frange humide, et la carte bleue en panique. Ah bon, ça ne vous fait pas cet effet-là, à vous, lorsque vous trouvez de superbes robes Ralph Lauren à des prix défiants toute concurrence ?! Menteuses ! (2, place Saint-Projet)

– à découvrir, ou re-découvrir, le mezzé libanais chez Les Milles et une Nuits – fière de mes origines ! Oh oui, très fière lorsque je redécouvre tous ces plats qui ont marqué mon enfance. La cuisine libanaise, n’importe où, n’importe quand, mais dans ce restaurant là, c’est encore meilleur, allez savoir pourquoi ! Ambiance chaleureuse, plats délicieux et musique de là-bas ! (42, rue des Bahutiers) كان العشاء شهيا

Question look, il fallait pouvoir monter sur un vélo, empêcher mon ventre de devenir trop gros et se promener au bord de l’eau. Alors short taille haute et collier de marin, cela semble évident, non ?!

Venez discutailler de Bordeaux (ou de restau) (ou de vélo) (ou de manteau) sur … Instagram !

DSC_0060DSC_0026DSC_0013DSC_0031DSC_0051DSC_0028DSC_0058DSC_0062DSC_0001

Chapeau et sac à main : Vintage / Manteau : Anthropologie / Collant : Tezenis / Short : Mango / Collier : Loulou / Chemise : Bleu de Paname / Lunettes : Réserve Naturelle / Gilet : Saint James / Chaussures : Deena & Ozzy

En pastel au soleil.

Looks, Voyages

« Les femmes suivent la mode pour que les hommes les suivent ! » [Anonyme]

Jeanne Moreau – Quelle histoire

Trouver une paire d’escarpins Dior pour une bouchée de pain en passant tes journées sur Ebay, ça te comble de joie, tu te sens invincible, chanceuse et tu te demandes même s’il ne faut pas jouer, illico presto, au loto ?! Mettre des nouvelles chaussures, se retrouver par terre, le talon entre les doigts, parce que celui-ci à décidé de changer de métier, ça te couvre de ridicule, les larmes coulent sur tes yeux et tu te jures de le commencer enfin ce régime ?! J’illustrerais les relations humaines de la même manière. Si cette absence est si longue c’est parce que ma vie, actuellement, est un peu chaotique et que l’on perd vite le goût des jolies choses. Mais  les vêtements sont le reflet de notre personnalité et il est grand temps de sortir de mon jogging, je veux enfiler des robes à paillettes et plus vite que ça ! Au final, ce qu’on porte à l’extérieur est synonyme de ce que l’on ressent à l’intérieur. La mode, c’est une thérapie.

Quand mes cheveux étaient encore long, ma bébé ours (<3) m’a emmené chez son papa ours. Ne vous faites pas de films, vous ne verrez pas d’immenses arbres ici, il y a beau y avoir des ours on n’est pas dans une forêt. Juste à la frontière espagnole. Et ça va faire du bien à tout le monde parce que les photos sont gorgées de soleil ! Vous aviez déjà vu ce short ICI. J’ai voulu jouer sur les tons – et sur les sens – la bottine militaire associée au chemisier de petite fille. L’effet me plait ! Vous découvrez aussi le sac à dos de BB ours. La bottine militaire et le sac à dos en cuir, en fait on aurait vraiment pu y aller dans la forêt… Le bracelet à pompons canon, on en reparle très bientôt. Ce qu’il faut surtout mettre en avant, c’est que l’intégralité de cette tenue sort de friperies … Je vous avais dit que le vintage avait du bon. Chiner permet de porter de vrais vêtements qui nous plaisent, sans suivre les diktats d’une mode vendue en magasin … Laissons nous aller, portons ce que l’on veut, c’est le seul moyen de dire aux autres ce que l’on ressent, non ?!

J’ai une grosse, grosse surprise en préparation et vous serez tous concernés alors stay tuned … !

Facebook / Twitter / Hellocoton / Fashiolista / Instagram


Chemisier, short, sac à dos et bottines : Vintage / Bracelet : Bijouxcherie.com

Salade de fruits en pyjama.

Looks

« Il y a trois choses qu’une femme est capable de réaliser avec rien : un chapeau, une salade et une scène de ménage ». [Mark Twain]

DSC_0038

Non, ne vous fiez pas au titre, nous ne parlerons pas cuisine. Je vous l’avais déjà dit mais les fruits je les préfèrent sur moi que dans moi. Je suis une adepte de chocolats, de bonbons, de gâteaux et de sucre en morceaux. Les fruits, je les trouvent beaux. Et c’est tout. Si je trouve vraiment cool l’idée que deux rondelles de concombre peuvent aider nos yeux à se reposer, je suis sûr que porter des fruits aide mon métabolisme à croire qu’il en mange. Et puis, faut pas croire tout ce qu’on nous dit, des vitamines, y’en a des tonnes dans le chocolat. En tout cas, porter des fruits, en été, c’est un bon moyen de le prolonger. Et, à en croire la météo, je suis dans l’une des seules régions où la pluie ne fait pas de ravage. Je vous poste donc des looks ensoleillés, même principe que pour les fruits, vos yeux penseront ainsi avoir vu le soleil en vrai ! Mais en fait, j’essaye de détourner l’attention sur le fait que ma chemise est en réalité … un haut de pyjama ! Et celle là de supercherie, elle est fantastique. Venez que je vous explique.

 Des poires, des cerises et des raisins. Je m’étais lancé le défi de porter 5 fruits et légumes, j’allais quand même pas passer à côté de l’occasion, trop belle, de côtoyer la poire. Oui mais voilà, je suis généreuse et porter des poires, en pyjama, ne suffit pas. Cette fois-ci nous sommes chez Barbie, la maraîchère, qui veut montrer ses poires à tout le monde, la coquine. Qu’à cela ne tienne, je me fiche qu’il s’agisse d’un pyjama, avec un short taille haute et des escarpins, le tour est joué. Le short c’est un bermuda mais j’ai beau porter des pyjamas en ville, je ne me résous pas encore au port du bermuda. C’est si facile un grossier revers … ! Restez connectés, la cueillette continue, j’ai un pantalon imprimé fraises à vous montrer bientôt. Eh oh, on avait pas dit que la mode servait à s’amuser ?

Venez partager vos recettes mode sur … Facebook ! 

Stromae – Te Quiero

DSC_0039DSC_0057DSC_0080DSC_0109DSC_0105DSC_0041DSC_0090DSC_0093DSC_0101DSC_0012DSC_0065DSC_0043DSC_0111DSC_0104DSC_0008DSC_0046DSC_0108DSC_0078

Chemisier : Cacharel / Bermuda, ceinture : Vintage / Escarpins : Peter Kaiser