Si tu portes des baskets, t’as pas besoin de mettre des chaussures.

Looks, Voyages

« Je t’en achèterai une nouvelle paire quand celle-ci sera vraiment usée. Tant qu’elles prennent pas l’eau, tu n’as pas besoin d’autres baskets, Joseph ». Quand la mère de Joseph dit  » Joseph  » en fin de phrase, en insistant sur le  » Jo « , c’est qu’il n’y a pas moyen de discuter. Et un mardi, jour des friands au fromage, ça tombe bien : lors d’un match dans la cour de l’école, une des baskets de Joseph se déchire. Joseph se voit déjà arborant la nouvelle paire dont il rêve : des Mike Air ! Mais ses espoirs s’effondrent à la vue du sac en plastique que lui tend sa mère… » (Pas de pitié pour les baskets – Joy Sorman)

Luce – Polka

Atlanta, Georgie, USA.

Allez, on retourne dans le passé. Ce temps, encore et toujours, où les moins de 20 ans, ne portaient pas de collant. On oublie la grisaille actuelle et on file voir le soleil. Chez CNN.

Atlanta, c’est la ville de Coca-Cola. La ville de Martin Luther King. La ville de CNN. Atlanta, c’est aussi la ville du port de la salopette courte et de la sneaker peu visible.

Baroudeuse intempestive, je me permets toujours, lorsque je suis loin de mon village (pardon Aix en Provence), de porter des vêtements drôlement étonnants. C’était le cas ce jour-là. J’ai l’habitude d’être assez remarquée par mes tenues souvent peu décontractées, mais à des kilomètres de chez soi, on ose, vraiment, porter ce que l’on ne ferait pas chez soi.

Alors, détrompez-vous, pas d’amalgame. J’ose porter tout et n’importe quoi. Mais faut avouer qu’ici, la running dorée, c’est quand même plus sympa dans les startings blocks que dans les soirées habillées. J’ai peut-être dit une bêtise … Pose ton pistolet s’il te plait, c’est écrit sur le panneau. On va discuter, calmement, à tête reposée. La running, tu me dis que c’est portable partout et tout le temps ?! Mais, alors, ces merveilles, je peux les mettre pour aller à la plage et pour aller travailler, pour aller me promener et pour aller manger chez mes grands-parents ? Ahhh boooon. Mais, dis moi, la running dorée, j’ai le droit de la mettre pour aller courir ?! POSE TON PISTOLET ON AVAIT DIT !

Je crois que j’ai compris. Que ce soit la salopette courte ou bien que ce soit la sneaker en pleine ville, les codes de la mode, changent. Et avec eux, c’est nous toutes, qui changeons. Le maître mot maintenant, c’est d’oser ! Oui, mais vu que tout le monde ose, qu’est ce qui nous différencie ?! Plus grand chose, je pense. Sauf que, je dois l’avouer, j’ai beau voir des sneakers aux pieds de toutes les jolies filles (même les moches d’ailleurs !) qui passent autour de moi, des « effets cages dorées », encore jamais ! Emprisonner son pied dans une grosse chaussure confortable à souhait c’est autorisé si la chaussure est assez originale pour être remarquée. Dans la mode, t’as le droit de tout porter. A condition de te faire remarquer. C’est ça ?! Pas du tout … La « mode folie », ça serait ça, la nouvelle mode ?! En tout cas, j’ai compris ce qui nous plait dans la sneaker ! C’est le paradoxe d’emprisonner son pied dans une cage tout en étant, finalement, si bien dedans ?! Et la salopette courte, c’est quoi ?! Se sentir emprisonnée (transformer sa culotte de grand-mère en un string ficelle à chaque fois qu’on lève les bras) tout en étant, pourtant, si peu habillée ?

Ah, cette mode, cette mode, cette mode … En fait, la mode c’est d’assortir ses chaussures à la maison de Martin Luther King (au centre sur la photo), ça devient vraiment n’importe quoi ! Le fashion faux pas ici, ce serait de parler d’Atlanta seulement au travers d’une paire de chaussures. Vous savez ce qu’elles ont aimé, ces chaussures là ? C’est marcher sur ces trottoirs pour découvrir, ici les bureaux de CNN, bondés de monde, bourrés de sérénité. La journaliste en herbe (dans mes rêves) que je suis en est restée bouche bée. J’en serais bien tombée sur les fesses mais je pouvais pas, salopette oblige ! Elles ont aimé pointé le bout de leur nez doré face à chez Mr King. Pas Simba, l’autre. Non, pas Elvis Presley, l’autre. Martin Luther King. Son ancienne demeure et son actuelle et future demeure sont côte à côte. La encore, solennité oblige. C’est assez émouvant. Assez beau. Et finalement, assez impressionnant.

C’est là qu’on se dit que la mode, c’est bien. Mais c’est bien pour aller se promener et découvrir des merveilles. C’est bien d’avoir de jolies chaussures mais c’est bien seulement si elles vous emmènent d’un point A intéressant à un point B émouvant. Pffft, vous savez quoi ?! Demain je mettrai mes runnings pour aller m’acheter des chaussures pour courir, je ne veux pas les abimer ! 

Vous venez m’acheter des chaussures sur … vinted ?! Bah oui, j’en ai trop. C’est comme ça … 

Lunettes : Tommy Hilfiger / Baskets : Nike / Chemise : Vintage

Vie mouvementée d’un chemisier dessiné.

Looks, Voyages

« Un costume tailleur noir médiocrement coupé, étroit aux emmanchures, et la chemisette de batiste blanche, très fine, un peu bridée à la hauteur des seins » (La Fin de Chéri – Sidonie Gabrielle Colette)

Blossom Dearie – Plus je t’embrasse

DSC_0301

Ce que j’aime dans les chemisiers de nos grands-mères, c’est cette capacité à être travaillés. Minutieusement travaillés. Certains diront que nos chemisiers ressemblent à des napperons. Certains diront que les petits boutons de nacre leur font pensé à des perles. Je fais partie de la deuxième école, vous l’aurez deviné. Cela ne me pose aucun problème de me faire découper une chemise dans une nappe, tant que les manches, les épaules, les boutons et les détails y sont aussi féminins. On ne trouve plus des vêtements fait dans des matières si nobles et si parfaitement bien découpés de nos jours. J’aurais aimé vivre à l’époque, pour pouvoir porter tout cela. Je suis contente de vivre maintenant car on peut porter les fringues d’avant, ceux d’aujourd’hui et bientôt, ceux de demain (oui, j’ai hâte d’avoir une robe qui clignote à chacun de mes pas).

Le tout dans le vintage, c’est que cela se mixe très bien avec le neuf. Jean slim (je vous épargnerais tout le tintouin sur le fait qu’il s’agit là DU jean parfait), grosse veste orange (je vous épargnerais le tintouin sur le fait qu’il s’agit là d’une veste aux mensurations parfaites et à la couleur remarquable) et surtout, bottines militaires (je vous épargnerais tout le tintouin sur le fait que ces bottines sont mon âme soeur en matière de … bottines !). Il y a quelques années, la jeune femme qui portait déjà ma chemise devait porter un short tout autant vintage et découper du blé dans les champs, deux longues tresses dans le dos … ok ! Le vintage ce n’est pas forcément tout le temps du scénario type « petite maison dans la prairie ». Mais j’aime visualiser l’histoire que nos fringues ont pu vivre. L’histoire que nous, une fois sortis de la friperie, nous allons leur faire vivre à notre tour.

Et l’histoire de mon chemisier il passe aussi par Saint Emilion, un mois de mars 2014. Fief du vin par excellence, on peut ne pas aimer le breuvage alcoolisé et venir se régaler les yeux (mais attention les pieds !), dans ces petites rues pavées au charme incroyable. On peut, aussi, aimer le vin et là, dégustation oblige dans les chais de la région. Une fois sur place, on décide de recracher. Ou pas. Question shopping, c’est plutôt des jolies cartes postales et des bouteilles que l’on ramène mais question beau temps et jolies photos, le décor est planté. Un bon moyen de tester ma nouvelle coiffure et mon gros noeud jaune au yeux des touristes alcoolisés, venus, du monde entier.

Viens me raconter l’histoire de tes fringues sur … twitter !

J’ai besoin de votre mobilisation et que vous votiez VOUS mais aussi vos parents, votre petit frère, votre grand oncle, votre doudou et votre poisson rouge. ICI (1 vote / jour / personne) – et bénéficiez d’une réduction de -15% avec le code SACAMAIN15 + en votant vous participez automatiquement au tirage au sort pour gagner 500 euros –

banner-1

DSC_0280DSC_0317DSC_0274DSC_0292DSC_0270DSC_0304DSC_0345DSC_0297DSC_0287DSC_0267DSC_0316DSC_0310DSC_0329

Collier : Promod / Chemisier + bottines : Vintage / Jean : Levi’s / Veste : Tommy Hilfiger / Lunettes et chouchou : Réserve naturelle

Je peux pas. J’ai fitness !

Looks

«Cette mini-jupe me fait de trop jolies jambes… Ah, je sais ! Je vais mettre des runnings pour casser le groove.» [@mort_aux_cons]

Villages – Alpine

DSC_0011

Quand il pleut depuis des jours, que ta vie ressemble à un capharnaüm entre les cours de sociologie, le travail à côté, les sorties entre potes et les petits tracas du quotidien. Quand ta passion, ton blog, ton enfant, te rappelle à l’ordre, sans cesse, en te hurlant des « tu me manques » désespérés. Quand les aléas tristes de la vie font le bonheur des autres. Vous n’y comprenez peut-être rien mais qu’à cela ne tienne, on enfourche son vélo, un jour de beau temps comme aujourd’hui, ses nouvelles baskets, et on fonce, tête baissée. Le blog, c’est bien plus qu’un passe-temps, c’est mon bébé !

Et certes, on parle vélo donc baskets. Mais le tweet plus haut, me tarabuste. Je suis de celles qui n’ont pas de problème à associer jupe et Reebok, robe et Nike, décolleté et New Balance. J’aime bien cette tendance du « exit les talons, bienvenue les sneakers ». Certes, c’est pas sexy. Certes, c’est pas hyper esthétique. Certes, ça t’affine pas plus que ça la silhouette. Certes, personne n’est dupe, tu peux porter des baskets, t’es pas forcément devenue sportive. Certes, tu portes des baskets de luxe et/ou victimes de la mode, t’as toujours pas tenté la basket premier prix de chez Décathlon. Mais quand la basket est, je cite : « effet Malabar Bigou ». Que ta semelle est moitié rose – moitié verte. Que tes pieds s’allument dans la nuit et que t’as l’impression de sortir tout droit d’un DVD de fitness de Véronique et Davina. Mais surtout, quand les gens te regardent, intrigués, dans la rue – tu le sais, le nouveau cool, c’est d’avoir l’air de sortir de la salle de sport, en mini-jupe, hyper propre et bien maquillée mais sneakers au pied ! Bon, peut-être pas. Mais moi, cette tendance là je dis oui, oui et oui ! J’ai l’impression de m’être mise au sport ! J’espère que mes talons ne liront pas cela ! Pour ou contre la basket fluo sur le dancefloor, les cours de récré et le marché ?

Viens faire du sport avec moi sur … Instagram ! 

DSC_0036DSC_0019DSC_0006DSC_0025DSC_0003DSC_0018DSC_0015DSC_0034

Pull : Zara / Jupe : Tommy Hilfiger / Sneakers : Reebok / Chemise : H&M / Collant : Tezenis

Marie Carla, l’eau, elle aime ça !

Looks

« La pluie tombe comme nous tombons amoureux : en déjouant les prévisions » [Martin Page]

La parisienne – Marie Paule Belle

DSC_0001

Quand j’étais petite je voulais sauter dans les flaques d’eau, sans avoir peur de me mouiller, mes bottes en caoutchouc aux pieds. Quand j’étais adolescente, je me souviendrais toujours des rires moqueurs tout autour de moi lorsque j’ai parlé de mes bottes en caoutchouC prononcant bien fort ce « C » censé être muet. Alors j’ai arrêté de porter des bottes, je me suis dit que ça faisait pêcheur, que moi j’étais plus classe que ça, que fallait pas non plus sauter dans toutes les flaques d’eau que l’on croise, on peut très bien les éviter après tout. Ben, l’erreur, j’en ai abîmé beaucoup des paires de chaussures sous les trombes d’eau parisienne.

En grandissant, en devenant « adulte » {dans mon corps, pas dans ma tête !}, j’ai écris un article sur les bottes en caoutchouc (n’oubliez pas que le dernier « C » est muet !) et je me suis dit que mes bottes d’équitation serait mon nouvel atout mode majeur. Avec les pompons des guêtres c’est encore plus amusant. Le parapluie rose pour continuer à sourire au ciel même si lui décide de pleurer. Mimi Cracra, l’eau elle aime ça. Marie Carla aussi, avec ses nouvelles bottes de pluie !

Viens contrer la pluie sur … Twitter

DSC_0046DSC_0032DSC_0039DSC_0019DSC_0025DSC_0006DSC_0043DSC_0028Porter des bottes

Collier : Exopotamie / Robe : BeBop (USA) / Veste et sac à main : Vintage / Bottes : Décathlon / Guêtres : Asos / Parapluie : Tommy Hilfiger

New-Yorkaise tout terrain

Looks

 » La mode n’est ni morale, ni amorale, mais elle est faite pour remonter le moral.  » [Karl Lagerfeld]

DSC_0011

J’avais juste envie de m’amuser. Lorsque j’ai acheté ce tee-shirt, j’étais bien plus jeune que maintenant. Je le voulais comme lorsque l’on visite Paris et que l’on ramène un porte-clé Tour Eiffel ou que l’on visite Rome en achetant une ombrelle colorée (oui, j’en ai acheté une rose fluo !) au pied du Colisée ou que l’on se prend en photo devant le mémorial de Diana chez Harrods à Londres. Mon tee-shirt « I LOVE NY » je le voulais… pour le porter en pyjama ! Bah oui, à l’époque j’aimais acheter des vêtements, les laisser vieillir dans mon placard et m’en rappeler des années plus tard… Oui, mais voilà, des années plus tard j’ai des envies de folie et j’ai envie de tout ressortir et de faire un grand tri (je pense que tout est toujours portable, il suffit de l’associer différemment) ou de casser les codes ! Et ce tee-shirt, avec son coeur rouge et son texte en noir, j’avais envie de l’accessoiriser. En fait, la mode, c’est un jeu. Il suffit de connaitre les règles (et de faire l’inverse) ?! Qu’en pensez-vous ?! Je m’envole pour NYC demain ! Je m’achèterais un nouveau « I Love NY » pour que le coeur, tout effrité du premier, me serve, réellement, de pyjama.

Pour la coiffure. 1. Il fait trop chaud pour garder ses superbes boucles tombantes (ou pas !) sur les épaules … 2. Toujours très fan des headbands sur les autres, j’ai toujours eu beaucoup de mal, devant mon miroir, à être satisfaite de mes coiffures. Blondie de accessoirescheveuxchic.com m’a aidé en m’offrant ce joli headband tressé. Il est très soft alors je commence léger … Mais je sens que je vais me lancer dans des nouvelles folies coiffure moi ! Allez découvrir son site, certains produits sont très mignons et accompagneront vos nuits d’été (ou vos journées hein) les plus folles.

Pour mon mémoire j’aurais besoin que vous me répondiez à la question suivante (en commentaire / mail / réseaux sociaux / pigeon voyageur) peu importe : COMMENT DÉFINIRIEZ-VOUS LA MODE ?

Venez partager votre whish list sur … Fashiolista ! 

Wanda Jackson – Stupid Cupid

DSC_0028DSC_0044DSC_0003DSC_0035DSC_0018DSC_0052DSC_0041DSC_0009DSC_0047DSC_0039DSC_0016

Veste : Vintage / Pochette : Pierre Balmain / Escarpins : Peter Kaiser / Jupe : Tommy Hilfiger / Headband : Accessoires Cheveux Chic / Tee-shirt : Fruit of the Loom