C’est pas parce que t’es une fille en or que tu vaux chère aux yeux de ta banquière.

Looks

« Je fais du badminton, mais avec une balle en or pour me donner envie de la rattraper » (Nabilla Benattia)

Pineapple Princess – Annette Funicello

Aix-en-Provence. Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Bouches-du-Rhône. France

Non, ma maman n’est pas la poule aux oeufs d’or. Mon papa non plus d’ailleurs !

Je porte simplement une chemise couleur lingot. Je suis une fille en or, oui. Mais c’est juste une réalité classique. Je me suis contentée de décrire une photo. N’y voyez rien de prétentieux là-dedans.

Debout sur les rails, ma chemise en or sur le dos, j’me sentais un peu dans un jeu vidéo. J’avais envie de les suivre, ces rails, et de devenir chercheuse d’or. De l’or en polyester… Cette chemise vous gratte les yeux. Moi elle me gratte les aisselles, les épaules, les poignées d’amour et les poignets tout court.

Mais la chemise en or, c’est la vraie bonne affaire. Déjà, elle ne coûte pas chère et de l’or pas cher, c’est comme acheter des billets avec des billets. Faites un effort pour suivre le train en route s’il vous plait, on est occupés et on n’a clairement pas le temps de s’arrêter ! La chemise en or c’est un bon moyen d’eye-contacter toutes les commères du coin. Qu’on vous aime ou qu’on ne vous aime pas, cette fois-ci, vous ne passez pas inaperçue. Dans l’univers impitoyable et souvent pitoyable de la mode, quelqu’un a déjà voulu s’habiller histoire de « raser les murs » ?! NON ! La voilà, la solution. La chemise en or c’est aussi le moyen parfait d’entrer dans une banque pour se faire soi-même « holduper ». Ou pour duper, tout simplement. Vous paraissez riche, ou en tout cas, rayonnante, c’est le moins que l’on puisse dire. Mais si, car la chemise en or, c’est aussi une chemise soleil. Ou en tout cas, elle oblige ceux qui vous regardent, à mettre des lunettes de soleil. Et puis, aux prochaines soldes, vous pourrez toujours essayer de la faire fondre si elle ne vous plait déjà plus … ! (Pour vous acheter une chemise dalmatien ?!)

En fait, t’es à la fois cow-boy, chercheuse d’or, rockeuse et wagon. T’es à la fois riche et complètement pauvre, surtout dans ta tête. T’es aussi éblouissante, comme un soleil et puis clairement dérangeante, comme quelqu’un qui se serait roulé dans un aluminium géant. T’es une fille en or parce que tu t’assumes, que tu te trouves jolie dans un habit drôlement incertain mais qui, s’il ne t’aide pas à te faire des amis, t’empêches aussi d’avoir des ennemis. T’es comme une star qui va monter sur scène. Ok, une star des années 80, mais une star quand même. Ou en tout cas une de ces stars, ces étoiles qui brillent dans le ciel. Avec la chemise en or, t’es en or, quoi qu’il arrive. Enfin, t’es habillée en or, quoi. Et c’est à toi de savoir à quoi/à qui tu ressembles parce que c’est toi qui fais ta propre mode, engoncée dans tes propres habits. Qu’ils soient noirs, blancs, rouges ou dorés, tes habits raconteront toujours l’histoire que tu leur as demandé de raconter. Et cette chemise, elle est un paradoxe parfait. Un pur et dur accessoire de mode. De cette mode si contestée qui me fait tant rêver. Mais faut garder quelque chose en tête : avec cette chemise, tu ne brilles pas par ton intelligence, ta beauté ou ton élégance – tu brilles tout simplement.

Vous la connaissez, cette fameuse phrase de dragueur en béton armé gonflé : « Ton papa, il a volé toutes les étoiles du ciel pour les mettre dans tes yeux ». Moi, mon papa et ma maman vont me retirer ma carte bleue. Mais ce qui est sûr, c’est que le prochain dragueur en béton armé gonflé devra faire gonfler son cerveau, le temps de trouver une réplique adaptée à ma chemise enflammée. Que dirais-tu de : « Mon banquier il a fait couler tous les lingots d’or pour t’en habiller ». Ah non ! « T’es aussi bonne que du chocolat dans son emballage aluminium ». Ah non ! « Eeeh, c’est la marmotte de Milka qui t’a habillée ?! ». Ou alors, tout dragueur aura juste envie d’oublier que je suis là, avec une chemise telle que celle là ! C’est certainement mieux comme ça !

Vous venez me donner quelques piécettes dorées en consultant mon … vinted ?!

Chapeau : Vintage / Sac à main : Longchamp / Chemise : Urban Outfitters Renewal Vintage Remnants / Veste en cuir : Fenchurch / Jean : Levi’s / Bottines : H&M / Ceinture : Maje

Si tes épaules regardent les fusées décoller alors que t’es quand même habillée, c’est qu’à la NASA, tu as trouvé l’accoutrement parfait !

Looks, Voyages

« Ne cherche pas à décrocher la lune pour l’offrir à une femme, va plutôt chez Cartier » (Frédéric Dard)

Christine and the Queens – Loving Cup

Attention ! On va partir super loin. Si je suis malpolie et absente depuis si longtemps, c’est que j’ai déménagé, qu’internet ne voulait pas fonctionner, que c’est la rentrée et que j’ai, pour vous, des cartons entiers de fringues à vendre, des articles shopping en préparation et deux projets qui vont vous donner l’eau à la bouche. Mais, ça, c’est du présent, du concret, ça m’intéresse pas pour cet article là !

Parce que je vous ai dit qu’on allait partir loin. D’abord, petit tour rapide dans mon enfance. Depuis que je suis toute petite, petite, j’aime lire, écrire, apprendre. Loin de moi l’idée de vous faire passer une image d’intello-boutonneuse-à lunettes (j’avais aussi un appareil dentaire, et toc !), je cherche plutôt à faire passer l’image d’une fille curieuse, qui s’en fout de tout mais qui s’intéresse quand même à tout. Mais passer une journée au coeur de l’espace, ça peut te mettre en tête des questions existentielles assez forte pour tenir toute une vie avec …

La journée au Kennedy Space Center … Dans ce pays que sont les Etats-Unis, où tout est immense, tout est pris à la rigolade, le Kennedy Space Center, c’est avant tout un parc d’attraction. Oui, mais voilà, il est bidon. Si l’envie de crier sur tous les toits que l’on est allés se promener à Cap Canaveral, est forte, on se fait petit lorsque l’on repense au Kennedy Space Center. Pas parce que les fusées que l’on y découvre y sont immenses. Non, plutôt parce que le Kennedy Space Center n’a d’énorme que son absence d’intérêt. Je suis peut-être un peu dur là. Mais moi qui ai été élevé à coups de musiques de parcs d’attraction, qui avait dans mon biberon, des parts de pizza en forme de tête de Mickey et qui possède toutes les peluches de Winnie l’Ourson, un parc d’attraction étasunien n’a pas le droit de me décevoir. Ou alors, la blogueuse mode que je suis et qui se doit d’avoir une réputation de fille un peu idiote, n’a peut-être pas compris les attraits et autres jouissances du Kennedy Space Center … !

Détrompez-vous ! Quoique … Même chez Disney, les attractions (idiotes, elles …) sont traduites en français, anglais, chinois, zoulous et même en langage pour les chiens, s’il le fallait. Au Kennedy Space Center, si ton niveau d’anglais est limité, ben tu regardes les images, et c’est tout. Mais elles sont belles, les images. Et c’est là que je vous préviens, vous allez en bouffer, de la base de lancement de fusées, de fusées, de cul de fusées, de tête de fusées, de Snoopy en cosmonaute (?!), de bouffe de cosmonautes, de « Existe-il des hommes dans l’univers ? » et de « Les américains sont les meilleurs – ils sont même dans l’espace » ! Vous pourrez même caresser un morceau de lune du bout de vos doigts vernis ! Mouais … Et c’est là où le paradoxe féminin entre en action : si vous faites un tour dans cette région des USA, allez quand même dépenser un demi SMIC au Kennedy Space Center parce que, même si on s’attend à mieux, on découvre quand même de drôles de choses. Spatialement parlant, ça vaut le coup d’oeil.

Mais, moi qui parle beaucoup, j’ai quand même eu mon gros moment d’émotion. Le soir, tard. Quand Atlas V nous a quitté. Oui, j’ai clairement vu une fusée (une vraie) décoller. J’aime bien jouer avec les mots mais là y’en a pas des suffisamment forts pour décrire à la fois ce bruit, cette lumière et cette émotion lorsque, je peux enfin le dire, vous observez une fusée monter dans le ciel, à une vitesse fulgurante, en sachant que, quand vous regagnerez votre lit, elle, elle observera la terre, tout simplement.

 Look régressif pour une journée passée dans l’avenir. Le combo couettesdechaquecôtédelatête/conversesauxpieds c’est celui de mon adolescence (de boutonneuse avec appareil dentaire ?). Comme quoi, y’a vraiment des intemporalités dans la mode. Maintenant que Atlas V est loin, on peut discuter de sujets plus superficiels. Pour repérer les blogueuses mode, au Kennedy Space Center, ce sont celles qui sont censées être idiotes : celles qui sont bien habillées et qui montrent les fusées du bout du doigt verni en gardant la bouche ouverte. Ceux qui sortent les tenues « spéciales parcs d’attraction », comme je les appellent, ce sont ceux qui sont la pour comprendre, pour s’imprégner de l’ambiance « espace » et qui s’en fichent de ce qu’ils portent ! Ouais, mais voilà, à bas les clichés ! Ma chemise est beaucoup trop belle. Mes épaules ont pu bronzer sous la lune du Kennedy Space Center et, sans le vouloir, je portais haut et fort les couleurs de la NASA. Eh ouais ! Et je me suis même fait un pote voleur de sac à main ! S’habiller comme dans le passé pour découvrir ce que nous réserve le futur … Au final, la mode c’est un peu comme étudier l’espace. Et puis l’un comme l’autre sont immenses … Non mais sérieusement, elle n’est pas trop belle ma chemise ?!

Je cherche des nouveaux abonnés facebook et un cosmonaute pour nous emmener dans l’espace, ma chemise intersidéralement trop belle, et moi-même !

Chemise : Sierra Pacific Blues chez Urban Outfitters / Chaussures : Converse / Sac à main : Vintage (USA) / Collier : Loulou (Washington) / Montre : Timex / Short : River Island / Ceinture : Maje / Lunettes : Ray Ban / Chaussettes : Tati

Plus tard, je serais « influenceur ». Peut-être que plus tard est arrivé, à vous de le décider !

Coups de coeur

« Les Trophées Influenceurs » – « je vote pour révéler les trophées influenceurs 2014 » – « catégorie mode » – descendre pour trouver « lesacamaindemariecarla » – « VOTER » ! (TRIBWAY)

Pour la musique, c’est ici que ça se passe aujourd’hui !

DSC_0057

Pas de citation aujourd’hui, je m’excuse pour les peut-être trop littéraires d’entre vous qui ne viennent sur mon blog que pour y lire les citations. Non, aujourd’hui j’ai bien trop besoin de vous alors ce sera des indications que vous aurez en cadeau. Que les plus littéraires d’entre vous ne s’affolent pas, sur ma page TRIBWAY, ça parle bouquins aussi. Non, je n’aime pas QUE les chaussures trop chères et les robes trop brillantes, je sais aussi lire et, figurez vous, que j’aime ça. J’aime aussi les looks à tout va, n’est ce pas ?  Je vous invite à cliquer sur chacun des mots soulignés en vert, dans le texte, je vous promets que cela ne mort pas et qu’il y a une surprise à chaque fois. Si cela ne vous intéresse pas, je vous invite à créer votre profil Tribway à vous et nous pourrons partager plein de choses – si, si – et même être amis – si, si – !

Revenons aux choses sérieuses, comme le port de la jupe matelassée. Non, quand je tombe, je ne rebondis pas, et, quand je m’assois, je n’ai pas l’impression d’être dans mon canapé à chaque fois. Par contre, quand je la touche, elle est toute douce, et quand je me vois dans un miroir, je comprends que le bordeaux + du bordeaux, ben ça peut faire super beau. La mini matelassée, c’est quand même épatant. Et j’invite la personne qui me l’a offerte à cliquer … juste !

Alors, vous l’aurez compris, j’ai besoin de vous, et jusqu’au bout ! En cliquant tout partout, en votant, surtout ! Youhou ! 1 vote par jour et par personne en cliquant en-bas, sur l’image, ou sur le côté, sur l’image. PARTOUT ! Cliquez, jusqu’à en devenir fous ! (bénéficiez d’une réduction de -15% avec le code SACAMAIN15 + en votant vous participez automatiquement au tirage au sort pour gagner 500 euros)

banner-1

Je suis à Paris, ma ville de naissance, ma ville de coeur, c’est le bonheur. La Tour Eiffel ? Oui, elle est sur … Instagram !

DSC_0035DSC_0069DSC-0019DSC_0065DSC_0052DSC_0076DSC_0042

Haut : Urban Outfitters / Jupe : Asos / Sneakers : Polo Ralph Lauren / Collant : Tezenis

Non, pas bleu marine. Juste un(e) marin(e) bleu ! Une Marie en bleu, en fait …

Looks

« Vingt-et-une rayures blanches, plus grandes que les vingt-et-une rayures bleues indigo. Pourquoi des rayures ? Certainement une histoire de signalétique, histoire de bien voir qui est en bas de l’échelle, car oui : la marinière est le vêtement du pauvre ». [apachemag.com]

Julien Doré – Heaven

DSC_0109

J’aime tout dans ce look. Je ne suis pas en train de me jeter des fleurs. En train de dire que j’ai des fringues merveilleuses, que j’associe à merveille. Non, je suis juste en train de dire que … ah si, en fait si, je dis tout cela. Mais j’ai des arguments, je vais vous expliquer pourquoi ! Je suis pardonnée n’est ce pas ?!

J’ai appris que lorsque l’on vis dans le sud, il était possible de sortir le décolleté en plein milieu du mois de février, les sandales le lendemain et que si, quelques jours après, nous avions pensé bien faire en rangeant loin le parapluie, on se retrouve vite avec les cheveux déconfis. Ambiance du sud donc, je vous emmène avec moi observer la célèbre montagne Sainte Victoire et jouer les déesses champêtres. Déesse pas tant que ça, la marinière bien masculine fait son effet. Portée bien loose, on dirait plutôt que c’est le soutien-gorge que je voulais montrer ! Mais j’aime cet effet négligé combiné à la taille bien cintrée et la jupe en soie. Un amour, cette jupe ! Mais lorsque la chaussure est associée au goudron de la route et que le collant bleu ressort, si fort, dans ce soleil éclatant, c’est là que je comprends pourquoi j’aime la mode. J’aime porter des bêtises, j’aime que de simples fringues te donnent cet aspect, « petite fille aux jambes ultra longues ». Le collant bleu, c’est comme le collant bordeaux, c’est devenu un indispensable. Et puis on joue encore sur le décalé masculin / féminin. Décidément, ma part masculine ne restera jamais enfermée.

Envie de profiter du soleil avec moi sur … facebook ?!

DSC_0149DSC_0065DSC_0151DSC_0159DSC_0155DSC_0020DSC_0148DSC_0005

Collant : Tezenis / Jupe : BCBG Max Azria / Chaussures : Deena & Ozzy (sur UO) / Ceinture : Vintage / Lunettes : Ray Ban

A – musée – moi !

Looks, Voyages

« Quand on y songe, les grands magasins sont un peu comme des musées. » [Andy Warhol]

DSC_0174

W.A.S.H.I.N.G.T.O.N. Trop de consonnes, un nom propre si moche, je ne savais pas à quoi m’attendre. Sûrement pas à tomber amoureuse d’une ville, la capitale des USA a failli voler la vedette à ma capitale à moi. Non mais ! Mais elle n’a pas fait exprès, elle en a beaucoup des attributs, vraiment beaucoup.

La première journée, j’ai vu à quoi ressemblaient les premiers hamburgers de chez Mcdo, j’ai vu les robes de princesse de toutes les First Ladies, j’ai vu le premier Apple, le premier sac à main en cuir, j’ai vu les escarpins de Dorothy dans Le Magicien d’Oz, j’ai vu le premier train américain, j’ai vu des images d’époque de la ville de NYC, j’ai vu un morceau du mur de Berlin, j’ai vu la maison de poupée des filles du Président. Oui, c’est au musée que ça se passe. Et pour les habitués des visites culturelles rasoirs avec trop de sculptures qui ont la même tronche, trop de peintures difficiles à regarder et trop d’histoire de la vie politique en temps de guerre, les musées de la capitale américaine sont à l’image américaine ; on est plus dans un parc d’attractions que dans un musée relou et les montagnes russes du savoir sont faites de surprises en tout genre. Venez que je vous raconte.

Les musées sont gratuits, et il y en a pour tous les goûts. Ici, voici le musée retraçant l’Histoire des USA (la partie FOOD est impressionnante !). Il est hyper bien fait, c’est vraiment une visite hyper sympathique. Quant à Mickey, il a encore traîné ses oreilles de souris entre les panneaux et les vélos (dédicace à la photo qui suis et aux petites bottines vintage de cette jeune demoiselle à vélo qui – si elles n’avaient pas été en pierre – auraient été miennes) ! Idem pour les Jimmy Choo de Madame Obama qui – si elles n’avaient pas été derrière une vitrine sous une caméra – auraient été miennes !

Les photos de ville c’est à Georgetown – wonderful ! Gilet, short et baskets sont nouveaux. La semelle rouge me plaisait (on ne se refait pas). Elles sortent du rayon homme (raison pour laquelle mes virées shopping durent des heures, après plusieurs tours au rayon femme, le rayon homme – enfant – déco – cosmétique – animaux … m’appellent). C’est pas moi, c’est le génie de la boutique, vilain, va !

Cuit-Cuit avec moi sur … Twitter ! 

Joe Dassin – L’Amérique

DSC_0190DSC_0091DSC_0069DSC_0151DSC_0085DSC_0200DSC_0197DSC_0257DSC_0116DSC_0082DSC_0027DSC_0002DSC_0072DSC_0049DSC_0037DSC_0141DSC_0250DSC_0118DSC_0068DSC_0012DSC_0022DSC_0088DSC_0127DSC_0160DSC_0061DSC_0179DSC_0041DSC_0110DSC_0193DSC_0024DSC_0185DSC_0046DSC_0145DSC_0188 DSC_0183

Gilet & Short : Vintage / Baskets : Adidas Men / Tee-shirt : UO